Antagoniste


16 janvier 2009

Aveuglement Coup de gueule Gauchistan Israël Palestine Québec Terrorisme

Idiot UtileHier, les médias québécois ont abondamment parlé du bombardement du quartier général de l'UNRWA, l'agence onusienne chargée de l'aide aux Palestiniens.

Par contre, ces mêmes médias n'ont jamais jugé bon de préciser que l'UNRWA était noyauté par les terroristes du Hamas.

Ces mêmes médias ont aussi passé sous silence l'attaque par le Hamas d'un convoi de 100 camions d'aide humanitaire destiné aux Palestiniens.

Contrairement à ce qu'affirme Patrick Lagacé, ce n'est pas Israël qui détruit son image, ce sont les idiots utiles qui pullulent dans les médias.


16 janvier 2009

Indignation sélective Coup de gueule Gauchistan Israël Palestine Québec Terrorisme

MédiasQuand Israël a décidé d'intervenir militairement à Gaza, parce que ses citoyens ne supportaient plus de recevoir des roquettes sur la tête, Patrick Lagacé a demandé à son employeur s'il pouvait aller couvrir le conflit sur place.

Depuis 2003 au Darfour, on assiste à un véritable génocide: plus de 300 000 morts et 2 millions de déplacés.  Pourtant, Patrick Lagacé n'a jamais exprimé l'intention de se déplacer pour couvrir ce conflit.  Depuis qu'il travaille pour La Presse, Patrick Lagacé n'a écrit aucun article sur le Darfour, mais il a parlé à 8 reprises de Gaza.

Pourquoi ?

Parce que les Palestiniens ont le monopole de la souffrance.  Un terroriste du Hamas attire plus de sympathie qu'un Africain qui se fait génocider.  Parce que les Québécois aiment bien casser du sucre sur le dos des Israéliens.  Si des gens souffrent et qu'on ne peut pas blâmer un juif, ça ne vend pas de copies.

Bref, le journalisme est devenu un concours de popularité.  Plutôt que d'informer la population, les journalistes préfèrent dire ce que les gens veulent entendre.  Il est plus facile de surfer sur les idées reçues que de challenger la pensée unique.

Conséquence: les médias diabolisent Israël qui se défend sur le champ de bataille choisi par ses ennemis et ils ferment les yeux sur les véritables génocides.


16 janvier 2009

Paradoxe Économie International Récession Venezuela

DécisionAvec la crise économique qui a fait plonger le prix du baril de pétrole, Hugo Chavez cherche à se faire de nouveaux amis pour éviter que l'économie de son pays ne s'effondre.

Ainsi, après avoir nationalisé son industrie pétrolière, le leader vénézuélien tente de convaincre les pétrolières Chevron, Royal Dutch/Shell et Total de revenir s'installer dans son paradis socialiste en leur promettant un accès exclusif à ses champs pétroliers les plus prolifiques.  Chavez n'a plus le choix: le Venezuela n'a plus les moyens de ses ambitions et son gouvernement a besoin de capitaux étrangers.

Voilà qui est paradoxal.  Alors que dans les économies capitalistes la crise a provoqué une vague de nationalisation, dans les économies socialistes la crise semble plutôt favoriser les privatisations.