Radio-CadenasJe suis un peu en retard, mais je ne peux pas demeurer silencieux relativement au dernier "Bye Bye 2008".

Un "spectacle" de 90 minutes, produit par une société d'État, qui se résume en 2 mots: droite-bashing.  Tous les politiciens gauchistes caricaturés dans le "Bye Bye" ont eu droit à des blagues pas très méchantes alors que la droite a été attaquée avec une virulence qui allait bien au-delà de la simple blague.

Le spécial de fin d'année a aussi permis de mettre en évidence les doubles standards gauchistes.  Si la droite avait tenté de ridiculiser un politicien en insinuant qu'il était homosexuel, on aurait, avec raison, dénoncé ce procédé odieux.  Par contre, dans le "Bye Bye", on a voulu ridiculiser Maxime Bernier en le traitant d'homosexuel.  Bien peu de gens ont été outrés par ces propos.  Voyez-vous, si la gauche veut critiquer la droite, elle a le droit d'être homophobe ou raciste sans craindre le courroux du Plateau.

Même chose avec Jean-François Mercier qui a été applaudi à tout rompre pour avoir dit du ROC: "Anglais consanguins, continuez à l’élire votre lobotomie à deux pattes!".  Imaginez un spectacle de fin d'année à la CBC qui aurait qualifié les électeurs bloquistes de "consanguins" élisant une "lobotomie à deux pattes".  Nos nationaleux auraient sans doute utilisé cette histoire pour provoquer une autre crise constitutionnelle.  Et dire que durant le "Bye Bye", on s'est permis de faire la leçon à André Arthur qui, selon nos humoristes, ferait de la télé-poubelle sur les ondes de TQS.  Je n'ai jamais vu André Arthur faire de télé-poubelle à TQS, par contre le 31 décembre 2008, j'ai vu 90 minutes de télé-poubelle payées avec mes taxes.

Après on se demandera pourquoi la droite est si rébarbative à l'idée de subventionner la culture.  Peut-être que la droite est tannée de payer des taxes pour que des "zélites" bien-pensantes puissent la ridiculiser.