Antagoniste


2 décembre 2008

N’importe quoi Canada Coup de gueule Économie Gauchistan

Attention, politicien au travail !Sur le site du parti libéral, on retrouve le texte de "l'accord politique pour remédier à la crise économique actuelle".

Parmi les "priorités pour stimuler l’économie", on retrouve l’annulation des compressions annoncées par le gouvernement conservateur en culture. Durant toute la campagne, on nous a dit que les coupures de 45 millions en culture n'étaient pas justifiées parce que cette somme était dérisoire dans le budget du gouvernement. Voilà maintenant que cette somme dérisoire va stimuler l'économie canadienne !

Toujours parmi les "priorités pour stimuler l’économie", la coalition PLC-NPD propose de réformer l'immigration… On pourrait aussi créer un 2e registre des armes à feu. Je suis sûr qu'on pourrait stimuler l'économie en embauchant de nouveaux fonctionnaires capables d'engloutir quelques milliards de dollars dans une nouvelle "infrastructure" bureaucratique.


2 décembre 2008

L’argent des autres Canada Coup de gueule Économie Gauchistan

Attention, politicien au travail !Selon les partis de l'opposition à Ottawa, le gouvernement Harper n'a rien fait pour contrecarrer les effets de la crise financière.  Stéphane Dion, Jack Layton et Gilles Duceppe seraient-ils tous atteints d'Alzheimer ?

Le 12 novembre dernier, Jim Flaherty a annoncé qu'il portait son aide au secteur bancaire à 75 milliards de dollars.  Un plan de 75 milliards au Canada, toute proportion gardée, est l'équivalent d'un plan de 750 milliards de dollars aux États-Unis (l'économie américaine est 10 fois plus grosse que la nôtre).

Le Canada a déjà dépensé massivement pour "sauver" des banques qui n'étaient pas en faillites et l'opposition trouve que ce n'est toujours pas assez.  Dans les faits, si l'on peut reprocher quelque chose au gouvernement Harper, c'est d'en avoir trop fait déjà.

Mais comme le ridicule ne tue pas, l'opposition à la chambre des communes veut prendre le pouvoir pour stimuler l'économie.  Le problème, l'économie canadienne est en croissance

Bienvenue au Canada: pays où l'on sauve de la faillite des banques qui ne sont pas en faillite et pays où l'on stimule une économie qui est déjà stimulée.

C'est tellement facile de dépenser l'argent des autres…


2 décembre 2008

La nuit des morts-vivants Canada Coup de gueule En Images Gauchistan

Canard boiteux

Profitant de la dissension entre Bon Rae et Michael Ignatieff, le 2 décembre 2006, Stéphane Dion est devenu le chef du parti libéral du Canada par accident.

Deux ans plus tard, le leadership de Stéphane Dion est massivement rejeté par les Canadiens dans une élection où le parti libéral a obtenu le pire score de son histoire.

Dans les jours qui ont suivi cette déroute, c'est au tour des libéraux de rejeter Stéphane Dion.  Le chef mal-aimé se voit donc dans l'obligation de quitter son poste.

Aujourd'hui, le même Stéphane Dion, qui a été rejeté par son parti et par les Canadiens, pourrait devenir premier ministre…

Et pour ajouter l'insulte à l'injure, le père de la Loi sur la clarté serait couronné avec la bénédiction de Gilles Duceppe, le chef du Bloc Québécois.

Dans notre système parlementaire, le parti avec le plus de députés forme le gouvernement.  La coalition PLC-NPD aura 114 sièges contre 143 pour le parti conservateur.  Cette coalition n'a donc aucune légitimité démocratique.  Si les "partner in crime" veulent prendre le pouvoir, qu'ils demandent une élection à la gouverneure générale.


2 décembre 2008

Top 5 Qc Québec Top Actualité

Le Top 5 de l'actualité québécoise (25 novembre-1er décembre) selon Influence Communication:

Actualités Québec

Campagne électorale : certains sujets oubliés

Malgré le débat des chefs, la médiatisation de la campagne électorale a accusé un retard de 8 % comparativement à la semaine dernière pour terminer avec un poids médias de 5,07 %.  Ce qui étonne, c’est l’absence de la culture, l’environnement, la pauvreté, la ville de Montréal et du débat constitutionnel dans la couverture de la campagne.  Ces thèmes réunis ne représentent que 60 % de toute l’attention accordée aux sondages jusqu’à maintenant.

Depuis le début de la campagne, voici le poids global de chacun des partis dans les médias* :

  • Parti libéral: 42%
  • Parti québécois: 33%
  • Action démocratique: 20%
  • Québec Solidaire: 4%
  • Parti Vert: 1%

En second lieu, on trouve les attentats survenus en Inde avec 2,56 %.

Presque absente de la scène médiatique depuis les dernières élections, la politique fédérale revient au premier plan avec 2,23 % du contenu octroyé à la crise politique qui sévit à Ottawa.  La presse étrangère a démontré un intérêt modéré à l’égard du dossier avec une centaine d’articles publiés dans une dizaine de pays.

Au 4e et au 5e rang, on trouve l’effondrement d’un stationnement à Montréal et les conditions météorologiques difficiles qui ont frappé le Québec avec respectivement 1,24 % et 0,66 %.

*Note : Il s’agit bien du poids global de chacun des partis et non seulement de celui des chefs.

Source:
Influence Communication
Influence Communication