Ronald ReaganLorsque Donald Cuccioletta n'est pas occupé à faire du plagiat, il professe la fin du "reaganisme".

De son côté, Gérald Fillion passe le plus clair de son temps à nous annoncer la fin du capitalisme à l'américaine.

Dommage pour nos 2 comparses, les Américains ne semblent pas partager leurs théories…

Premièrement, un sondage Rasmussen publié le 3 octobre a montré que 59% des Américains sont d'accord avec la pierre angulaire du reaganisme: "Government is not the solution to our problem; government is the problem".  Seulement 28% des Américains sont en désaccord avec cette affirmation.

Deuxièmement, dans un sondage Rasmussen publié le 7 novembre, on a demandé aux Américains quelles mesures le gouvernement devait prendre pour stimuler l'économie.  La réponse est sans équivoque: 63% des gens favorisent des baisses d'impôts alors qu'un maigre 20% considèrent que l'économie doit être relancée avec des dépenses gouvernementales.

Troisièmement, un sondage Rasmussen publié le 12 novembre nous a appris que les Américains font encore confiance au capitalisme à l'américaine.  Ils sont 54% à considérer les placements en bourse comme étant un excellent investissement.  Une minorité, 24%, a une opinion contraire.  De plus, 55% de l'électorat estiment que les politiciens sont motivés par leur soif de pouvoir plutôt que par leur désir d'améliorer la situation économique.  Conséquemment, 70% des Américains jugent que la protection de leurs investissements est une affaire de responsabilité personnelle.  Seulement 20% considèrent que cette responsabilité doit être l'affaire du gouvernement.

Finalement, un sondage Rasmussen publié le 13 novembre a révélé que 73% des des gens considèrent que leur gouvernement est allé trop loin avec ses plans de sauvetage.

N'en déplaise à Donald Cuccioletta et Gérald Fillion, le "reaganisme" et le capitalisme à l'américaine sont des idéaux bien vivants aux États-Unis.