Budget déficitHier, on a demandé à Pauline Marois si elle referait la même chose qu'en 1997, lorsque son parti avait mis à la retraite plusieurs milliers de médecins et d'infirmières pour atteindre le déficit zéro.  Pauline Marois a répondu par l'affirmative.

Belle démonstration de courage de Pauline Marois; une qualité de plus en plus rare chez les politiciens.  En 1997, le Québec vivait au-dessus de ses moyens et il était impératif de couper dans les dépenses publiques, c'était la seule chose intelligente à faire.

Bien sûr, l'ADQ et le PLQ sont montés sur leurs grands chevaux pour dénoncer cette "réingénierie" de l'État.

Le problème n'a jamais été les coupures dans le système de santé.  Le problème c'est que le PQ n'a pas compensé cette diminution de service en ouvrant la porte au privé.