Antagoniste


13 novembre 2008

Contreproductif Afghanistan Canada Terrorisme

TalibanCette semaine, nous avons tous accueilli avec soulagement la libération de Mellissa Fung, une journaliste de la CBC enlevée en Afghanistan.

Mais c'est avec dépit que j'ai appris que sa libération avait probablement été rendue possible par un échange de prisonniers.

Le Canada envoie des soldats en Afghanistan pour se débarrasser de la racaille qui gangrène le pays. Nos soldats risquent leur vie tous les jours pour débusquer cette racaille et la jeter derrière les barreaux.

Pendant ce temps, des journalistes décident de jouer aux cowboys dans une zone de guerre. Arrive ce qui doit arriver: les journalistes sont victimes d'enlèvement et pour les libérer, on doit relâcher dans la nature des talibans qui avaient été arrêtés par nos soldats au péril de leur vie.

Si j'étais un militaire, je ne les porterais pas les journalistes dans mon coeur. À cause de leurs actions irréfléchies, j'aurais l'impression de risquer ma vie pour rien…


13 novembre 2008

Mensonge électoral Économie Élection 2008 En Citations Philosophie Québec Récession

Bastiat

Le nouveau passe-temps des politiciens depuis quelques semaines ? Mentir aux contribuables pour leur faire croire que les dépenses dans les infrastructures sont bénéfiques pour l'économie. Pour ceux qui n'ont pas compris l'arnaque, voici ce qu'a dit Frédéric Bastiat en 1850:

"Quand il s'agit d'impôts, messieurs, prouvez-en l'utilité par des raisons tirées du fond, mais non point par cette malencontreuse assertion: « Les dépenses publiques font vivre la classe ouvrière. » Elle a le tort de dissimuler un fait essentiel, à savoir que les dépenses publiques se substituent toujours aux dépenses des contribuables, et que, par conséquent, elles font bien vivre un ouvrier au lieu d'un autre, mais n'ajoutent rien au lot de la classe ouvrière prise en masse. Votre argumentation est fort de mode, mais elle est trop absurde pour que la raison n'en ait pas raison."


13 novembre 2008

Qui veut faire l’ange fait la bête Économie États-Unis Récession

BailoutJe vous l'avais dit et j'ai eu raison, le plan de sauvetage de 700 milliards du gouvernement américain est un fiasco.

À l'origine, ce plan devait servir à aider les banques avec de mauvaises créances.  Réaction: plusieurs institutions financières ont décidé de se convertir en banque commerciale pour mettre la main sur une partie du butin.   C'est le cas d'American Express (cartes de crédit), de GMAC (division financière de General Motors), d'Allstate et MetLife (compagnies d'assurance). Les fabricants de bateaux de plaisance songent aussi à emprunter cette avenue pour se remplir les poches aux frais du gouvernement.  En bref, cet argent va se retrouver partout sauf dans les institutions que le gouvernement désirait aider.

Depuis l'annonce du plan de sauvetage, les firmes de lobbyistes ont pris d'assaut le département du Trésor dans l'espoir de repartir avec l'argent des contribuables.  Résultat: sur les 700 milliards du plan, 640 ont déjà été dépensés et la situation économique s'est aggravée.

Qui veut faire l'ange fait la bête.

Source:
New York Times
Lobbyists Swarm the Treasury for Piece of Bailout Pie


13 novembre 2008

Les bouches-trous Coup de gueule Économie Élection 2008 Québec

Mario Dumont ADQLorsqu'ils étaient au sommet de leur popularité, les adéquistes ont refusé de privatiser une station de ski et un terrain de golf, ils ont milité pour la mise en place de mesures protectionnistes, ils ont proposé la nationalisation de l'énergie éolienne et ils ont voulu faire de la Caisse de Dépôt et de Placement une machine à distribuer des subventions.

Aujourd'hui, l'ADQ est en chute libre et le parti propose la privatisation partielle d'Hydro-Québec, la réduction de la taille de l'État et des subventions aux entreprises et rejette la hausse du salaire minimum de Jean Charest.

Quand l'ADQ était populaire, le parti était à gauche.  Maintenant, l'ADQ agonise et Mario Dumont essaye de se faire des amis en se réalignant à droite.

Personnellement, j'ai l'impression que Mario Dumont me considère comme un bouche-trou…