"Lehman Brothers a concocté un gros rapport qui vous prédisait péremptoirement la température qu'il ferait en 2062 ou bien en 2100; elle n'a pas pu pressentir que, dans moins de douze mois, elle serait en banqueroute!"

Le Quotidien
Drôle de monde…
Par Jacques Brassard (Chronique, mercredi, 22 octobre 2008, p. 10)

Arnaque ClimatiqueL'entreprise d'Al Gore, Generation Investment Management, avait pour banquier la banque américaine Lehman Brothers. Je dis "avait" parce que cette banque a fait faillite! C'est très hilarant quand on sait que cette vieille institution avait misé sur les échanges de carbone et, qu'à cette fin, elle avait pondu un rapport hyper-alarmiste sur les changements climatiques. Et ce rapport était devenu une bible. On le citait, on l'invoquait, on l'encensait. Les Verts avaient placé ce rapport sur le même pied que celui du GIEC.

Clairvoyance prise en défaut

Mais, la banque a fait faillite. Vous ne trouvez pas ça comique? Lehman Brothers a concocté un gros rapport qui vous prédisait péremptoirement la température qu'il ferait en 2062 ou bien en 2100; elle n'a pas pu pressentir que, dans moins de douze mois, elle serait en banqueroute! Si sa clairvoyance générale était si médiocre pour une seule année, imaginez-vous ce qu'elle pouvait être pour un siècle.

Sur la base de son rapport, Lehman Brothers anticipait la hausse du prix de la tonne de carbone et recommandait à ses clients des investissements à 30, 40, 50 ans! À s'en tenir les côtes!

Voilà encore une austère institution financière qui n'a aucune espèce d'intuition sur sa disparition dans l'année en cours et qui, en même temps, vous conseille d'investir vos économies dans le commerce du carbone en prétendant vous révéler la température qu'il fera. Un astrologue aurait mieux fait l'affaire.

Pris dans les glaces

Je vous en raconte une plus drolatique. Il s'agit d'un activiste britannique de 38 ans du nom de Lewis Pugh. Il est convaincu que la banquise arctique va fondre dans les mois qui viennent. Il veut donc alerter l'opinion. Alors, il décide de se rendre au Pôle nord en kayak pour démontrer que les prédictions alarmistes sur le sort de la banquise sont vraies. Une fois rendu sur place, il va essayer de trouver un morceau de glace pour y planter 192 drapeaux d'autant de pays. CNN (le propriétaire, Ted Turner, est un écolo de choc) va filmer l'opération. Ça va trembler de peur dans les chaumières quand les gens ordinaires et insouciants vont soudainement s'apercevoir qu'il n'y a plus de banquise!

Toute une équipée!

Parti à la fin du mois d'août 2008, dès le 3 septembre, notre homme est pris dans les glaces. Et il est toujours à 1000 kilomètres du point d'arrivée! Il est quand même culotté parce qu'il plante, malgré son échec lamentable, ses 192 drapeaux. Qu'il photographie, bien sûr. C'est vraiment du vaudeville à son meilleur!

Avant de partir, il avait déclaré: "Par cette expédition, je veux apporter aux leaders du monde entier le constat de l'état actuel de ce qui se passe réellement dans l'Arctique." Y fait frette, pauvre guignol!

Voyez-vous, il n'a même pas jugé utile de jeter un coup d'oeil sur les photos satellite de la glace arctique. Il aurait vu, alors, que la banquise était toujours là et que sa superficie était plus étendue que l'an dernier à pareille date. Heureusement pour lui, sa burlesque déconfiture n'a pas été diffusée par les médias.

Sens du ridicule

La même mésaventure est arrivée à une équipe de la chaîne américaine MSNBC. Elle voulait faire une émission sur la fonte de l'Arctique. Elle est demeurée trois semaines sur un brise-glace. Elle n'avait pas prévu le regel de la banquise. Et elle avait oublié de consulter la météo.

Vous savez ces réchauffistes ont vraiment le sens du ridicule. Je vous en livre une petite dernière…

Le comité directeur du GIEC a proposé à son président d'étendre les scénarios d'émissions de CO2, d'impacts et de stratégies de réponse au changement climatique, jusqu'en 2300!! Trois petits siècles!

Certains de mes lecteurs m'ont rudement avisé que je perturbe leurs belles croyances apocalyptiques avec mes propos hérétiques sur le climat. Ça ne m'empêchera pas de revenir sur le sujet.