Antagoniste


5 novembre 2008

Victimes oubliée Afghanistan Canada Coup de gueule Terrorisme

Taliban

Depuis le début de l'année en Afghanistan, 1 445 civils ont perdu la vie dans des affrontements armés. De ce nombre, 40% ont été victimes des forces de la coalition et 55% ont été victimes d'actions terroristes des talibans.

Pourtant, quand nos médias parlent de la situation en Afghanistan, c'est toujours pour nous dire que des soldats de l'OTAN ont tué les civils… Pourquoi ne parle-t-on à peu près jamais du 55% de civils victimes des talibans ?

Source:
Brookings Institution
Afghanistan Index: Tracking Variables of Reconstruction & Security in Post-9/11 Afghanistan


5 novembre 2008

Mr. Conservative Économie En Citations États-Unis Philosophie

Mr. Conservative

Pour les droitistes qui ont été déçus par l'élection de barack Obama, quelques paroles de "Mr. Conservative" Barry Goldwater pour vous remonter le morale:

"Those who seek absolute power, even though they seek it to do what they regard as good, are simply demanding the right to enforce their own version of heaven on earth. And let me remind you, they are the very ones who always create the most hellish tyrannies. Absolute power does corrupt, and those who seek it must be suspect and must be opposed. Their mistaken course stems from false notions of equality. Equality, rightly understood, as our founding fathers understood it, leads to liberty and to the emancipation of creative differences. Wrongly understood, as it has been so tragically in our time, it leads first to conformity and then to despotism. […]

I would remind you that extremism in the defense of liberty is no vice! And let me remind you also that moderation in the pursuit of justice is no virtue!"


5 novembre 2008

L’histoire vient de s’écrire Élection 2008 États-Unis

Obama

Il reste 1 460 jours avant la prochaine campagne présidentielle américaine et pendant les 1 459 jours à venir, il y a de fortes chances que je m'oppose fermement aux politiques du président démocrate.

Mais aujourd'hui, je ne peux passer sous silence le caractère historique de l'élection de Barack Obama comme 44e président des États-Unis.

Ils sont très peu nombreux les pays sur cette planète à avoir porté au pouvoir un chef d'État issu d'un groupe ethnique minoritaire.  J'ai 30 ans et je ne crois pas me tromper en disant que je risque de mourir bien avant de voir un président français d'origine magrébine ou un chancelier turc en Allemagne. Si Barack Obama a été si populaire à l'extérieur des États-Unis, c'est peut-être parce que les gens avaient la chance de vivre par procuration quelque chose qu'ils savaient impossible à réaliser dans leur propre pays.

Les États-Unis furent le dernier pays d'occident à avoir aboli l'esclavage.  Ce fut aussi le dernier pays avoir tourné le dos à la ségrégation raciale.  Mais aujourd'hui, les États-Unis sont devenus le premier pays d'occident à avoir élu un noir à la tête de leur gouvernement.

En l'espace de 40 ans, on est passé d'un pays où les noirs devaient céder leur place aux blancs dans les autobus à un pays où un noir aura l'opportunité de présider la destinée de 300 millions d'Américains.  L'élection de Barack Obama, c'est la démonstration du formidable dynamisme de la société américaine.  C'est l'illustration de ce qui a fait de ce pays une nation d'exception.  Au moment où le vieux démon fasciste se réveille en Europe, les Américains ont pris le chemin inverse pour exorciser leurs erreurs de passé.

Une fois de plus, les États-Unis d'Amérique se sont levés pour donner au monde un exemple à suivre