"Unissons Nos Voix" est un organisme gauchiste qui tente de convaincre les gens que Stephen Harper est la réincarnation d'Hitler et un mangeur de bébé.  Rien de nouveau sous le soleil…

Là où l'histoire devient intéressante, c'est quand on analyse qui sont les gens qui ont participé à cette campagne de peur…

Premièrement, il y a Isabelle Guilbeault, une journaliste pour Radio-Canada:

Ensuite, il y a Catherine Pogonat, une animatrice d’un magazine culturel pour ArtTV (propriété à 60% de Radio-Canada):

Et pour terminer, il y a Jacques Languirand, animateur à la radio de Radio-Canada:

Passons outre le mépris et la démagogie de ces intervenants, cette démonstration est aussi utile qu’enfoncer une porte ouverte.

Je veux plutôt parler de la partialité des médias. De voir un aussi grand nombre d’employés de la télé d’État s’impliquer de manière aussi outrancière dans une campagne électorale à de quoi révolter, surtout dans le cas d’Isabelle Guilbeault qui est une journaliste.

Que des artistes donnent leurs opinions sur Harper c’est leur droit. Mais quand des animateurs d’émission d’affaires publiques affichent aussi clairement leurs opinions laissent planer un doute sur l’objectivité de Radio-Canada. Suite à cette prise de position, il est parfaitement logique de croire que ces personnes ne seront pas particulièrement disposées à donner une tribune aux gens ne partageant pas leurs opinions.

De plus, dois-je vous rappeler que Christine St-Pierre a été congédiée manu militari l’an dernier pour avoir écrit une lettre d’opinion défendant la mission canadienne en Afghanistan ?

La rapidité avec laquelle Radio-Canada sanctionne les idées de droite et sa complaisance avec les idées de gauche en dit long sur sa partialité et son professionnalisme.