Antagoniste


10 octobre 2008

Ayoye… Canada Coup de gueule Économie Élection 2008 En Vidéos

C’est ça un grand leader ?

Soit Dion ne comprend pas l’anglais. Soit il comprend l’anglais, mais il est trop con pour saisir le sens de la question. Soit il comprend l’anglais et le sens de la question, mais il ne sait pas quoi répondre…

Either way, we’re screwed.


10 octobre 2008

Voie de fait Canada Coup de gueule Élection 2008 En Vidéos Gauchistan

"Unissons Nos Voix" est un organisme gauchiste qui tente de convaincre les gens que Stephen Harper est la réincarnation d'Hitler et un mangeur de bébé.  Rien de nouveau sous le soleil…

Là où l'histoire devient intéressante, c'est quand on analyse qui sont les gens qui ont participé à cette campagne de peur…

Premièrement, il y a Isabelle Guilbeault, une journaliste pour Radio-Canada:

Ensuite, il y a Catherine Pogonat, une animatrice d’un magazine culturel pour ArtTV (propriété à 60% de Radio-Canada):

Et pour terminer, il y a Jacques Languirand, animateur à la radio de Radio-Canada:

Passons outre le mépris et la démagogie de ces intervenants, cette démonstration est aussi utile qu’enfoncer une porte ouverte.

Je veux plutôt parler de la partialité des médias. De voir un aussi grand nombre d’employés de la télé d’État s’impliquer de manière aussi outrancière dans une campagne électorale à de quoi révolter, surtout dans le cas d’Isabelle Guilbeault qui est une journaliste.

Que des artistes donnent leurs opinions sur Harper c’est leur droit. Mais quand des animateurs d’émission d’affaires publiques affichent aussi clairement leurs opinions laissent planer un doute sur l’objectivité de Radio-Canada. Suite à cette prise de position, il est parfaitement logique de croire que ces personnes ne seront pas particulièrement disposées à donner une tribune aux gens ne partageant pas leurs opinions.

De plus, dois-je vous rappeler que Christine St-Pierre a été congédiée manu militari l’an dernier pour avoir écrit une lettre d’opinion défendant la mission canadienne en Afghanistan ?

La rapidité avec laquelle Radio-Canada sanctionne les idées de droite et sa complaisance avec les idées de gauche en dit long sur sa partialité et son professionnalisme.


10 octobre 2008

Stand up and fight ! Canada Économie Élection 2008 Philosophie

We're right !

Vous savez quel est l'un des plus grands problèmes de la droite ?  Sa mollesse !  Son incapacité à assumer ses idéaux et à les défendre sur la place publique.

L'idée reçue veut que la gauche ait le monopole de la vertu, par conséquent la droite est caricaturée comme étant "sans coeur".

Comment réagissent les partis de droite devant ce constat ? Au lieu d'expliquer pourquoi la non-intervention est un choix rationnel, trop souvent la droite tient à montrer qu'elle n'est pas égoïste en diluant ses convictions.  Certes, il est plus facile de s'adresser aux émotions qu'à la raison, le problème c'est que la droite est toujours trop prompte à emprunter le chemin de la facilité.

Dans la présente campagne électorale, Harper n'a jamais défendu ses idées.  Les conservateurs énoncent une politique, mais personne ne monte au front la défendre.  En agissant ainsi, la droite envoie le message qu'ils ne sont pas fiers de leurs idées, qu'ils ont honte de leur programme.  Résultat de ce vacuum, la gauche a le champ libre pour diaboliser la droite.

Prenons les coupures des subventions à la culture.  Pas une fois les conservateurs sont sortis dans les médias pour dire que moins de subventions signifiaient plus d'argent dans les poches des contribuables.  Personne n'a expliqué qu'en laissant cet argent dans les poches des contribuables, on leur donnait une nouvelle liberté.  Au lieu d'avoir un fonctionnaire décidant ce qui est bon et ce qui ne l'est pas, les gens sont désormais libres de donner aux organismes culturels de leur choix.  Personne n'a dit qu'avec cette mesure, la culture n'était plus la propriété de l'État mais celle des individus.  Pas une seule fois Harper à oser dire que couper les subventions à la culture ce n'était pas être contre les artistes, mais c'était plutôt leur rendre service en favorisant leur enracinement dans les communautés.

Harper a plutôt préféré le chemin de la facilité en disant que d'autres programmes de subventions ont été bonifiés pour remplacer ceux qui avaient été coupés…

On voit la même chose partout: McCain veut racheter les hypothèques des gens vivant au-dessus de leur moyen, Bush lance un programme d'assurance médicament universel, Sarkozy part en guerre contre le capitalisme et qui nomme un socialiste à la tête du FMI.

La voie du compromis n'est pas acceptable, assumez vos convictions.  Il est difficile de s'adresser à la raison des gens, il faut de la patience pour expliquer la justesse de ses idées, mais si la droite ne le fait pas, personne ne le fera à sa place.  Reagan et Tatcher l'ont fait…