Vous avez besoin d'un autre exemple de la navrante médiocrité de Richard Hétu ?

Lundi, Hétu a attaqué McCain pour son implication dans le scandale des "Keating 5".  Cette histoire remonte à la fin des années 80.  À l'époque, 5 sénateurs, dont John McCain, ont été accusés de corruption ayant causé la faillite d'une banque qui a coûté 3,2 milliards de dollars aux contribuables américains.

Pourtant, voici ce que Hétu a écrit sur McCain et les "Keating 5" le 5 février 2000.

La Presse
États-Unis: John McCain ou le pari de la candeur
Par Richard Hétu, 5 février 2000, p. B4

C'est pourquoi le candidat de 63 ans dit vouloir changer la façon dont les campagnes électorales sont financées aux États-Unis.

"C'est la porte de toutes les autres réformes", dit-il en promettant de "nettoyer le gouvernement" et de redonner aux citoyens le pouvoir usurpé par les "lobbys et les intérêts spéciaux". Il en appelle à une "croisade nationale contre le statu quo" à Washington.

McCain parle avec la ferveur d'un converti, ayant déjà péché. Au milieu des années 80, il a été impliqué dans un scandale financier qui a failli mettre fin à sa carrière politique. Dans le cadre d'une enquête sénatoriale, il a été accusé d'avoir accepté les faveurs et les contributions électorales d'un banquier de l'Arizona à la tête d'un empire dont la faillite a coûté trois milliards aux contribuables. McCain en a été quitte pour un blâme et une tache à sa réputation de héros militaire.

Le scandale aurait profondément humilié McCain et expliquerait sa croisade actuelle.

"Je suis un homme imparfait", répète le sénateur, tout en se disant capable d'entraîner les citoyens dans une cause "plus grande que leurs intérêts personnels".

Si aujourd'hui Hétu attaque McCain avec le scandale des "Keating 5", en 2000 il était plutôt admiratif devant le mea culpa de McCain.

Mais il y a pire…

John Glenn, un autre sénateur impliqué dans le scandale, a fait campagne pour Barack Obama hier. Mais ça, Hétu n'en parlera pas…