Antagoniste


30 septembre 2008

Un vrai de vrai Économie Élection 2008 En Vidéos États-Unis Récession

Le congressman républicain Jeff Flake expliquant pourquoi il a voté contre le « bailout »:

Il est bon de voir qu’il existe encore de vrais républicains


30 septembre 2008

Top 5 Qc Québec Top Actualité

Le Top 5 de l'actualité québécoise (16-22 septembre) selon Influence Communication:

Actualités Québec

Quelle crise financière ?

Malgré une baisse de 12 % sur la semaine dernière, les élections fédérales demeurent en tête avec un poids médias de 5,79 %.  Au Québec, la culture est devenue le principal enjeu médiatique en lien avec la campagne.

Voici par ailleurs, le poids de chacun des partis politiques au cours de la dernière semaine pour le Québec :

  • Bloc québécois : 31 %
  • Parti conservateur : 28 %
  • Parti libéral : 21 %
  • NPD : 12 %
  • Parti vert : 8 % 

Pour le Canada:

  • Parti conservateur : 37 %
  • Parti libéral : 27 %
  • NPD : 16 %
  • Parti vert : 11 %
  • Bloc québécois : 9 %

Les médias ont accru leur intérêt de 37 % pour la crise financière américaine qui termine la semaine avec 2,28 %.  N’eut été de la campagne fédérale, il y a fort à parier que ce dossier dominerait le Top 5 hebdomadaire.

Le prix de l’essence revient à l’avant-scène avec 1,23 %.

Avec un volume de 1,14 %, on trouve au 4e rang la campagne présidentielle américaine.

Finalement, le dossier de l'ancien lieutenant-gouverneur du Québec Lise Thibault est revenu sur les pupitres avec 0,66 % dont 1 % des médias électroniques.  Toutefois, les journaux n’en ont fait que leur 8e nouvelle.

Source:
Influence Communication
Influence Communication


30 septembre 2008

La bataille médiatique Élection 2008 États-Unis Top Actualité

Citation de la semaine
"It is not often that the two presidential candidates sound like they’re reading from the same talking points."
—Correspondent Chip Reid about the debate.

Couverture médiatique des candidats républicains et démocrates (22-28 septembre) selon le Pew Research Center:

Actualités États-Unis

Actualités États-Unis

Actualités États-Unis

L'économie a occupé 40% de l'actualité américaine. La campagne électorale a été le 2e sujet le plus couvert par les médias avec 33% du contenu. L'ouragan Ike, la situation au Pakistan et le décès de Paul Newman ferment la marche en 3e position avec 2% de l'attention médiatique.

Source:
journalism.org
Media Narrative Whipsaws Between Bailout and Debate


29 septembre 2008

Cover-up Économie Élection 2008 États-Unis Hétu Watch Récession

Selon les médias, le verdict est clair: la débâcle des subprimes a été causée par la dérégulation des républicains et seuls les démocrates peuvent nous sauver de l'apocalypse.

Dans les faits, c'est complètement l'inverse qui s'est passé…

Voici un vidéo d'une audience du Congrès qui s'est déroulée en 2004. Voici comment les républicains ont tenté de stopper la crise en voulant mettre un frein à la folie de Fannie Mae et Freddie Mac.  Voici comment les démocrates ont bloqué les réformes qui auraient pu éviter la situation actuelle:

Le silence des médias sur la responsabilité des démocrates: l'un des plus gros cover-up de l'histoire.


29 septembre 2008

Money talks Économie Élection 2008 États-Unis Hétu Watch

Lobby

Selon les médias gauchistes, les méchantes pétrolières contrôlent l'agenda politique aux États-Unis en remplissant les coffres des partis politiques.

Well, think again…

Depuis 1990, les pétrolières ont donné 224,7 millions de dollars aux partis politiques (majoritairement aux républicains). Durant la même période, les syndicats ont donné 639,0 millions de dollars aux partis politiques (majoritairement aux démocrates).

Pour chaque dollar donné par les pétrolières, les syndicats ont donné 2,84$.

Source:
Open Secrets
Heavy Hitters


29 septembre 2008

Let them eat shit… Coup de gueule Économie Élection 2008 États-Unis Récession

crap sandwich

John A. Boehner, leader des républicains au Congrès, au sujet du « bailout » de 700 milliards:

« The bailout is a ‘crap sandwich’, but we have to pass it. »

C’est facile pour un politicien de voter pour un « sandwich de merde ». Ce n’est pas eux qui devront le manger mais… les payeurs de taxes.


28 septembre 2008

Senator McCain Is Absolutely Right Élection 2008 En Vidéos États-Unis Hétu Watch

Richard Hétu, en bon militant du parti démocrate, fait tout un plat parce que McCain n'a pas utilisé l'expression "middle class" dans le débat de vendredi alors qu'Obama a utilisé cette expression… 3 fois !

Vous savez qu'elle a été l'expression la plus utilisée dans ce débat par Obama ?

"Senator McCain Is Absolutely Right"


McCain Is Absolutely Right
Téléchargé TheEconomist

Et dire qu'Obama a déjà dit de McCain: "He doesn’t get it."


28 septembre 2008

À contre-courant Économie En Citations Philosophie

John Lydon

Tous les artistes ne sont pas des gauchistes finis. John Lydon des Sex Pistols à propos du socialisme:

« Socialism doesn’t do working-class people no good at all. Just makes the wealthy feel like they care. »


27 septembre 2008

La genèse Économie Élection 2008 États-Unis Récession

Subprime

"But the bill didn't become law, for a simple reason: Democrats opposed it on a party-line vote in the committee, signaling that this would be a partisan issue. Republicans, tied in knots by the tight Democratic opposition, couldn't even get the Senate to vote on the matter."

Bloomberg
How the Democrats Created the Financial Crisis

The financial crisis of the past year has provided a number of surprising twists and turns, and from Bear Stearns Cos. to American International Group Inc., ambiguity has been a big part of the story.

Why did Bear Stearns fail, and how does that relate to AIG? It all seems so complex.

But really, it isn't. Enough cards on this table have been turned over that the story is now clear. The economic history books will describe this episode in simple and understandable terms: Fannie Mae and Freddie Mac exploded, and many bystanders were injured in the blast, some fatally.

Fannie and Freddie did this by becoming a key enabler of the mortgage crisis. They fueled Wall Street's efforts to securitize subprime loans by becoming the primary customer of all AAA-rated subprime-mortgage pools. In addition, they held an enormous portfolio of mortgages themselves.

In the times that Fannie and Freddie couldn't make the market, they became the market. Over the years, it added up to an enormous obligation. As of last June, Fannie alone owned or guaranteed more than $388 billion in high-risk mortgage investments. Their large presence created an environment within which even mortgage-backed securities assembled by others could find a ready home.

The problem was that the trillions of dollars in play were only low-risk investments if real estate prices continued to rise. Once they began to fall, the entire house of cards came down with them.

Turning Point

Take away Fannie and Freddie, or regulate them more wisely, and it's hard to imagine how these highly liquid markets would ever have emerged. This whole mess would never have happened.

It is easy to identify the historical turning point that marked the beginning of the end.

Back in 2005, Fannie and Freddie were, after years of dominating Washington, on the ropes. They were enmeshed in accounting scandals that led to turnover at the top. At one telling moment in late 2004, captured in an article by my American Enterprise Institute colleague Peter Wallison, the Securities and Exchange Comiission's chief accountant told disgraced Fannie Mae chief Franklin Raines that Fannie's position on the relevant accounting issue was not even "on the page" of allowable interpretations.

Then legislative momentum emerged for an attempt to create a "world-class regulator'' that would oversee the pair more like banks, imposing strict requirements on their ability to take excessive risks. Politicians who previously had associated themselves proudly with the two accounting miscreants were less eager to be associated with them. The time was ripe.

Greenspan's Warning

The clear gravity of the situation pushed the legislation forward. Some might say the current mess couldn't be foreseen, yet in 2005 Alan Greenspan told Congress how urgent it was for it to act in the clearest possible terms: If Fannie and Freddie "continue to grow, continue to have the low capital that they have, continue to engage in the dynamic hedging of their portfolios, which they need to do for interest rate risk aversion, they potentially create ever-growing potential systemic risk down the road,'' he said. "We are placing the total financial system of the future at a substantial risk.''

What happened next was extraordinary. For the first time in history, a serious Fannie and Freddie reform bill was passed by the Senate Banking Committee. The bill gave a regulator power to crack down, and would have required the companies to eliminate their investments in risky assets.

Different World

If that bill had become law, then the world today would be different. In 2005, 2006 and 2007, a blizzard of terrible mortgage paper fluttered out of the Fannie and Freddie clouds, burying many of our oldest and most venerable institutions. Without their checkbooks keeping the market liquid and buying up excess supply, the market would likely have not existed.

But the bill didn't become law, for a simple reason: Democrats opposed it on a party-line vote in the committee, signaling that this would be a partisan issue. Republicans, tied in knots by the tight Democratic opposition, couldn't even get the Senate to vote on the matter.

That such a reckless political stand could have been taken by the Democrats was obscene even then. Wallison wrote at the time: "It is a classic case of socializing the risk while privatizing the profit. The Democrats and the few Republicans who oppose portfolio limitations could not possibly do so if their constituents understood what they were doing.''

Mounds of Materials

Now that the collapse has occurred, the roadblock built by Senate Democrats in 2005 is unforgivable. Many who opposed the bill doubtlessly did so for honorable reasons. Fannie and Freddie provided mounds of materials defending their practices. Perhaps some found their propaganda convincing.

But we now know that many of the senators who protected Fannie and Freddie, including Barack Obama, Hillary Clinton and Christopher Dodd, have received mind-boggling levels of financial support from them over the years.

Throughout his political career, Obama has gotten more than $125,000 in campaign contributions from employees and political action committees of Fannie Mae and Freddie Mac, second only to Dodd, the Senate Banking Committee chairman, who received more than $165,000.

Clinton, the 12th-ranked recipient of Fannie and Freddie PAC and employee contributions, has received more than $75,000 from the two enterprises and their employees. The private profit found its way back to the senators who killed the fix.

There has been a lot of talk about who is to blame for this crisis. A look back at the story of 2005 makes the answer pretty clear.

Oh, and there is one little footnote to the story that's worth keeping in mind while Democrats point fingers between now and Nov. 4: Senator John McCain was one of the three cosponsors of S.190, the bill that would have averted this mess.

Aussi à lire…

How A Clinton-Era Rule Rewrite Made Subprime Crisis Inevitable
One of the most frequently asked questions about the subprime market meltdown and housing crisis is: How did the government get so deeply involved in the housing market?

Congress Pushed Fannie, Freddie In Wrong Direction During 1990s
It was October 1992, nearly 15 years before the housing meltdown and subprime crisis. Republican Rep. Jim Leach of Iowa was on the floor of the House, talking about something that no one at the time seemed to care about: the potential danger that Fannie Mae and Freddie Mac posed to the economy.

Saddest Thing About This Mess: Congress Had Chance To Stop It
Could the crisis at Fannie Mae-Freddie Mac and the subprime meltdown have been avoided? The answer is yes.


26 septembre 2008

L’analyse de la pensée unique Coup de gueule Économie En Vidéos États-Unis Récession

Depuis le début de la semaine, on a abondamment commenté la débâcle des subprimes durant l'émission "Maisonneuve en direct" sur les ondes de la radio de Radio-Canada.  Toutes ces analyses imputent la situation actuelle aux républicains et à l'avarice des banquiers.  Une analyse biaisée qui cache une autre réalité: la situation actuelle a été causée par le laxisme des démocrates:

Avant de critiquer ce billet en disant qu'il ne fait que reprendre des reportages de Fox News, je vous invite à lire cet article publié dans le New York Times le 30 septembre 1999.

New York Times
Fannie Mae Eases Credit To Aid Mortgage Lending

In a move that could help increase home ownership rates among minorities and low-income consumers, the Fannie Mae Corporation is easing the credit requirements on loans that it will purchase from banks and other lenders.

The action, which will begin as a pilot program involving 24 banks in 15 markets — including the New York metropolitan region — will encourage those banks to extend home mortgages to individuals whose credit is generally not good enough to qualify for conventional loans. Fannie Mae officials say they hope to make it a nationwide program by next spring.

Fannie Mae, the nation’s biggest underwriter of home mortgages, has been under increasing pressure from the Clinton Administration to expand mortgage loans among low and moderate income people and felt pressure from stock holders to maintain its phenomenal growth in profits.

In addition, banks, thrift institutions and mortgage companies have been pressing Fannie Mae to help them make more loans to so-called subprime borrowers. These borrowers whose incomes, credit ratings and savings are not good enough to qualify for conventional loans, can only get loans from finance companies that charge much higher interest rates — anywhere from three to four percentage points higher than conventional loans.

"Fannie Mae has expanded home ownership for millions of families in the 1990’s by reducing down payment requirements," said Franklin D. Raines, Fannie Mae’s chairman and chief executive officer. "Yet there remain too many borrowers whose credit is just a notch below what our underwriting has required who have been relegated to paying significantly higher mortgage rates in the so-called subprime market."

Demographic information on these borrowers is sketchy. But at least one study indicates that 18 percent of the loans in the subprime market went to black borrowers, compared to 5 per cent of loans in the conventional loan market.

In moving, even tentatively, into this new area of lending, Fannie Mae is taking on significantly more risk, which may not pose any difficulties during flush economic times. But the government-subsidized corporation may run into trouble in an economic downturn, prompting a government rescue similar to that of the savings and loan industry in the 1980’s.

"From the perspective of many people, including me, this is another thrift industry growing up around us," said Peter Wallison a resident fellow at the American Enterprise Institute. "If they fail, the government will have to step up and bail them out the way it stepped up and bailed out the thrift industry."  [...]

Fannie Mae, the nation’s biggest underwriter of home mortgages, does not lend money directly to consumers. Instead, it purchases loans that banks make on what is called the secondary market. By expanding the type of loans that it will buy, Fannie Mae is hoping to spur banks to make more loans to people with less-than-stellar credit ratings.

In July, the Department of Housing and Urban Development proposed that by the year 2001, 50 percent of Fannie Mae’s and Freddie Mac’s portfolio be made up of loans to low and moderate-income borrowers. Last year, 44 percent of the loans Fannie Mae purchased were from these groups.

Mais les médias n'en parlent pas…


26 septembre 2008

Qui est Donald Cuccioletta ? Coup de gueule Élection 2008 États-Unis Québec

Donald CucciolettaDepuis le début de la campagne présidentielle américaine, on peut entendre les divagations de Donald Cuccioletta sur de nombreuses tribunes: RDI, la radio de Radio-Canada ou encore sur le 98,5 dans l'émission de Benoit Dutrizac.

Comme tous les "savants" commentateurs de l'actualité américaine,  Donald Cuccioletta fait preuve d'une mesquinerie et d'une partisanerie qui défient l'entendement. Donald Cuccioletta n'a pas pour but d'informer le public sur les enjeux de la campagne américaine, il s'affaire plutôt à diaboliser McCain tout en mettant Obama sur un piédestal.

Par exemple, hier midi dans l'émission de Dutrizac, Donald Cuccioletta a accusé McCain d'être une marionnette de Fannie Mae.  Pas un mot sur les relations beaucoup plus scandaleuses et compromettantes d'Obama avec l'establishment de cette corporation qui est à l'origine de la débâcle des subprimes (ici et ici).

Mais qui est Donald Cuccioletta ?

Donald Cuccioletta était le directeur de l'institut des études québécoises de l'Université de New York à Plattsburgh. "Était" parce qu'en 2004 l'université lui a indiqué la porte de sortie après avoir été reconnu coupable de plagiat dans un de ses ouvrages.  Donald Cuccioletta est maintenant un membre de l'Observatoire sur les États-Unis de la Chaine Raoul-Dandurand de l'UQAM.

Un intervenant biaisé et à l'éthique douteuse qui critique McCain pour mieux idolâtrer Obama… Vive les médias québécois !


25 septembre 2008

La bullshit des artistes Canada Coup de gueule Économie Élection 2008 En Chiffres Québec

Bullshiter les gens c'est un art et les "artistes" québécois excellent dans cette discipline même s'ils ne sont pas subventionnés.  Hier matin, Raymond Legault, président de l'Union des artistes, a déclaré le plus sérieusement du monde que les retombées économiques de l'industrie culturelle étaient deux fois plus élevées que celle de l'extraction du pétrole et du gaz…  Si la culture génère autant d'argent, voulez-vous me dire pourquoi ils ont besoin de subventions ?

Voici des chiffres que les artistes et les médias vous cachent…

Culture Canada

Culture

L'Alberta est la province qui subventionne le moins, mais où les gens dépensent le plus.  Le Québec est la province qui subventionne le plus, mais où les gens dépensent le moins.

Les Québécois consacrent en moyenne 2,9% de leur budget à la culture. C’est le pourcentage le moins élevé de toutes les provinces canadiennes.  Les 5,1 milliards dépensés par les Québécois pour la culture sont 2 fois plus élevés que les 2,3 milliards de subventions versées au Québec par tous les paliers de gouvernement.  C’est là le rapport dépenses/subvention le moins élevé de toutes les provinces.

Les Albertains consacrent en moyenne 3,3% de leur budget à la culture.  C’est le deuxième pourcentage le plus élevé de toutes les provinces canadiennes.  Les 3,0 milliards dépensés par les Albertains pour la culture sont presque 6 fois plus élevés que les 540 millions de subventions versées en Alberta par tous les paliers de gouvernement.  C’est là le rapport dépenses/subvention le plus élevé de toutes les provinces.

Voici les ratios dépenses/subventions de toutes les provinces:

Culture

Pour terminer…

L'Actualité
Rodéo culturel
L’Actualité, no. Vol: 31 No: 8

Les pétromillionnaires d’Alberta commencent à jouer les mécènes avec les artistes. Musées, théâtres, restaurants poussent à Calgary comme des champignons. Une rivale pour Toronto?

Soirée de gala au Grand Theatre de Calgary, le 4 mars dernier. Plus de 500 personnes sont venues célébrer la réouverture de cet établissement presque centenaire, qui a déjà accueilli Sarah Bernhardt, les Marx Brothers et Fred Astaire. Les serveurs font circuler les canapés à travers le foyer bruyant, où se mêlent danseuses du ventre et travestis, nouveaux riches et membres de l’establishment. Le coeur est d’autant plus à la fête que le prix du pétrole caracole vers des sommets historiques.

Comme tout ce qui voit le jour à Calgary ces temps-ci, la rénovation du Grand a bénéficié d’une généreuse injection de pétrodollars: le premier don d’entreprise (une somme de 400 000 dollars) est venu de Total E&P Canada – une filiale du groupe énergétique français. En tout, le directeur artistique Mark Lawes a réussi à collecter plus de 12 millions en fonds privés. Il a ainsi pu retenir les services de Trizart Alliance, société montréalaise de scénographes-conseils qui travaille avec le Cirque du Soleil. Le théâtre de 400 places, complètement transformé après avoir servi de centre de golf intérieur pendant des années, est maintenant doté de gradins mobiles et d’une scène modulaire.

Cette métamorphose radicale est à l’image de celle que vit en ce moment Calgary. […]

Cela s’avère certainement pour le milieu culturel, dont les subventions sont gelées depuis 1988. Par conséquent, les artistes ont dû apprendre à parler le langage des affaires et à créer des partenariats public-privé, qui sont aujourd’hui cités comme des modèles du genre. "Les dirigeants d’entreprise sont prêts à nous aider parce qu’ils sont déjà passés par la recherche de financement, dit Bob White, directeur artistique de la compagnie Alberta Theatre Projects. Ils sont habitués à prendre des risques pour une idée en laquelle ils croient. Et puis la plupart d’entre eux voyagent aux quatre coins de la planète: ils comprennent qu’une ville ne peut être dynamique sans vie culturelle."

Lance Carlson, président du Collège d’art et de design de l’Alberta, a fondé l’an dernier un institut qui tente d’entamer un dialogue avec les entreprises cherchant des solutions créatives à leurs problèmes de tout ordre. Xerox, Exxon et la Fondation RBC se sont empressées de lui offrir un appui financier.

À la compagnie Alberta Ballet, le Québécois Jean Grand-Maître, directeur artistique depuis 2002, essaie quant à lui de rendre la danse plus accessible à la population. "Calgary est encore une ville commerciale, dit-il. Le défi ici est d’intégrer les arts et la culture à la vie de tous les jours." Voilà pourquoi un de ses projets puise à même la riche tradition orale de l’Ouest, qu’il compare à celle du Québec. "Une culture vivante est une culture ancrée dans le folklore", dit-il.

"Héritage" est un mot qu’on entend de plus en plus souvent à Calgary ces temps-ci – surtout depuis que la province, libre de dette, engrange des surplus. "À quoi doit servir tout cet argent? s’interroge Bob White. Il y a des limites à ce qu’on peut acheter. Il est plus important de nous demander quel genre de vie nous léguerons à nos enfants."

Le fait que la fortune de la ville soit liée à une ressource non renouvelable rend la question d’autant plus urgente. Nombreux sont ceux qui, plutôt que de s’asseoir sur leurs lauriers financiers, s’activent à collecter des fonds pour divers projets éducatifs. "Je ne connais pas un seul milliardaire à Calgary qui ne travaille pas, dit l’homme d’affaires George Gosbee. Ces gens-là pourraient prendre leur retraite demain matin et aller vivre ailleurs, mais ils préfèrent rester ici et trouver d’autres moyens de contribuer à la collectivité."

Source:
Hill Strategies
Les dépenses de consommation au chapitre de la culture en 2005 pour le Canada, les provinces et 15 régions métropolitaines


25 septembre 2008

Les amis de Layton Canada Coup de gueule Économie Élection 2008 États-Unis

Jack Layton veut déchirer l'accord sur le bois d'oeuvre signé entre le Canada et les États-Unis.  Selon Layton, Harper aurait signé cet accord pour faire plaisir aux "amis de Bush".

Le principal artisan des mesures protectionnistes américaines contre le bois d'oeuvre canadien est Tom Daschle.  Voici un texte d'Érick Duchesne, professeur adjoint au Département de sciences politiques de l'Université Laval, publié le 6 novembre 2004.

Le Soleil
Machiavel se retourne-t-il dans sa tombe ?
(Opinions, samedi, 6 novembre 2004, p. D5)

Washington devra poursuivre ses efforts de rapprochements commerciaux avec les parties contractantes de l'OMC et, en particulier, mettre un terme au protectionnisme excessif qui bloque les exportations canadiennes de blé, de bétail et de bois d'oeuvre vers les États-Unis.

La tâche devrait être plus facile à la suite de la défaite aux élections de mardi passé de Tom Daschle.

Qui est Tom Daschle ?  Un méchant républicain ?  Un ami de Bush ?

Du tout, Tom Daschle était le sénateur démocrate ultra-protectionniste du Dakota du Sud.

Que fait Tom Daschle aujourd'hui ?  Il est devenu l'un des principaux conseillés politiques de…  Barack Obama !

La question se pose: Jack Layton veut-il déchirer l'entente sur le bois d'oeuvre, et mettre en péril l'industrie forestière canadienne, pour faire plaisir aux amis d'Obama ?


25 septembre 2008

Le loup est dans la bergerie Économie Élection 2008 États-Unis Hétu Watch Récession

Obama

Vous savez qui est Jim Johnson ?

Jim Johnson a été le président et COE de Fannie Mae de 1991 à 1998. Durant cette période, il a trafiqué la comptabilité de la compagnie (avec les conséquences que l'on connaît aujourd'hui). Quand il s'est fait indiquer la porte de sortie, la comptabilité a de nouveau été falsifiée pour donner à Johnson un parachute doré de 21 millions de dollars.

Après pareille disgrâce, vous pensez sans doute que Jim Johnson est au chômage forcé parce qu'aucun employeur ne fait encore confiance à cet homme ? Aucun employeur sauf… Barack Obama… Change you can believe in…

Richard Hétu a trop occupé à faire du McCain-bashing pour nous parler des vrais scandales de cette campagne…


24 septembre 2008

What ? Élection 2008 En Vidéos États-Unis Hétu Watch

Voici ce qui arrive quand le télé-souffleur du messie tombe en panne:

Mais comme ce n’est pas arrivé à McCain, Hétu n’en parlera pas…