Antagoniste


23 mai 2008

Le prix de la consultation Économie Gauchistan Québec

Tablettes

La facture de la Commission Johnson: 6,4 millions de dollars pour un rapport de 224 pages. Chaque page du rapport a coûté 28 795 dollars aux Québécois.

La facture de la Commission Pronovost: 3,5 millions de dollars pour un rapport de 592 pages. Chaque page du rapport a coûté 5 912 dollars aux Québécois.

La facture de la Commission des aînés: 800 000 dollars pour un rapport de 168 pages. Chaque page du rapport a coûté 4 761 dollars aux Québécois.

La facture de la Commission Bouchard-Taylor: 5,0 millions de dollars pour un rapport de 1597 pages. Chaque page du rapport a coûté 3 130 dollars aux Québécois.

La facture de la Commission Castonguay: 500 000 dollars pour un rapport de 338 pages. Chaque page du rapport a coûté 1 479 dollars aux Québécois.

Le tout stocké sur des tablettes Ikea à 40$.

Source:
Ligue des contribuables du Québec
Où va notre argent?


23 mai 2008

L’identité Gauchistan Philosophie Québec

LibertéAvec la sortie du rapport de la Commission Bouchard-Taylor, les politiciens de tous les partis ont sombré dans une orgie identitaire. Partout on parle d'identité nationale, d'identité commune, d'identité québécoise… Au Québec, la mentalité collectiviste est encrée tellement profondément qu'on est venu à considérer l'identité comme une chose pouvant être nationalisée.

Tous ces politiciens ont oublié que, tout comme pour la religion, il doit y avoir un mur qui sépare l'identité de l'état. L'identité doit être d'abord et avant tout un concept individuel et non pas un sujet de législation. Mon identité est unique, je l'ai construite moi-même et je n'ai pas besoins d'un gouvernement interventionniste pour me dire qui je devrais être. Fondamentalement, il n'y a pas de différence entre un gouvernement qui impose une identité et une théocratie qui impose une religion.

Chaque individu est propriétaire de son identité. Si elle appartient à la société, ou à quelconque régime, il devient tout simplement un esclave. Nul n’a le droit de priver quelqu’un de son identité, de plaquer un couteau sous la gorge d’un être humain pour le forcer à vivre d’une certaine manière. Aucune société n’est plus importante que les individus qui la composent.


23 mai 2008

Candidat sans expérience recherche cohérence Coup de gueule Élection 2008 États-Unis Hétu Watch Iran Israël Palestine Terrorisme

ObamaDepuis le début de sa campagne, Barack Obama parle constamment de la nécessité pour les États-Unis de négocier avec ses ennemies. Pourtant, dans un discours prononcé hier, Obama a dit qu'il était hors de question de transiger avec le Hamas et le Hezbollah parce que ces deux entités ont recours au terrorisme et refusent de reconnaître Israël.

Il faudrait qu'Obama s'explique sur son manque de cohérence: en quoi il serait légitime de négocier avec certains ennemis et pas avec d'autres ? Pourquoi Obama trouve-t-il acceptable de discuter avec Téhéran tout en rejetant le dialogue avec le Hezbollah ou le Hamas ? L'Iran, tout comme le Hamas et le Hezbollah, rêve de voir Israël rayé de la carte. Qui plus est, l'action terroriste du Hezbollah n'est qu'un prolongement de la politique iranienne. En toute logique, les arguments avancés pour refuser les négociations avec ces deux organisations terroristes devraient aussi justifier un refus de négociation avec l'Iran.

Comme vous vous en doutez, ce n'est pas sur le blogue de Richard Hétu que l'on soulève cette importante contradiction dans le discours d'Obama.