Antagoniste


24 avril 2008

Le « bon » berger Coup de gueule Économie Québec

TQSCommotion hier lorsque TQS a annoncé la fermeture de son service de l'information. Nos politiciens, toujours aussi empressés d'intervenir là où il ne devrait pas, ont exigé que le CRTC contraigne les nouveaux propriétaires de TQS à présenter des bulletins de nouvelles. Selon eux, il en va de la qualité et de la diversité de l'information au Québec.

Je me demande sur quelle planète vivent nos députés. Depuis l'arrivée de l'internet, l'information n'a jamais été aussi accessible et diversifiée. De plus, si l'avenir du Québec dépend des bulletins de nouvelles de TQS, on est mal pris…

Si les nouveaux dirigeants de TQS ont décidé de couper dans l'information locale, c'est parce que ce n'était pas payant. Si l'info locale n'est pas payante, c'est parce qu'elle n'intéresse pas les téléspectateurs. C'est pourtant simple à comprendre.

C'est ironique de voir un gouvernement incapable de balancer un budget dire à des businessmen comment sauver une entreprise de la faillite.


24 avril 2008

Service public Coup de gueule Québec

Émeute MontréalPour débusquer les responsables du vandalisme survenu au centre-ville de Montréal, la police a perquisitionné les images tournées par les médias présents lors des événements.

Mais les médias ne veulent pas donner ces vidéos à la police, argumentant que donner leurs images aux forces de l'ordre pourrait faire des caméramans une cible pour les vandales. Argument plutôt faible puisque les images tournées et diffusées sur les ondes peuvent être utilisées par les policiers…

Radio-Canada fait valoir qu'ils ne sont pas là pour servir la police, mais le public. Et moi qui pensais que débusquer la racaille était un service public rendu par les médias…


24 avril 2008

Sans tambour ni trompette Canada Économie Québec

Manufacturier QuébecLes médias ont boudé la nouvelle, mais la dernière enquête de Statistique Canada sur l'industrie manufacturière montre une progression de 1,6% des ventes. C'est le deuxième mois consécutif avec une hausse.

Cette augmentation n'est pas répartie également au Canada, pour le Québec la progression a été de 0,6% alors qu'au Nouveau-Brunswick la hausse a été de 10%.

C'est à se demander si la "crise" vécue par le secteur manufacturier n'a pas simplement débarrassé l'économie canadienne des entreprises improductives et désuètes, le cas classique de destruction créatrice. Dans ce contexte, le comportement réactionnaire du gouvernement, qui tient à sauver des industries que l'on devrait laisser mourir, ne peut qu'avoir des effets délétères sur notre économie.