InterventionnismeIl est fascinant de voir nos politiciens faire des pieds et des mains pour venir en aide aux secteurs de l'économie qui sont les plus moribonds. Jamais on ne les entend parler de mesure pour stimuler les secteurs en croissance, toute leur attention est portée sur le malade en phase terminale. Un excellent exemple de cette situation franchement absurde: on abolit l'infâme taxe sur le capital pour le secteur manufacturier, mais pas pour les autres secteurs de l'économie.

Tout pour les cancres, rien pour les premiers de classe: on donne une passe gratuite aux gens qui devraient redoubler pendant que les bons élèves se demandent s'ils ne devraient pas aller se faire voir ailleurs. C'est à croire que nos politiques économiques sont rédigées par les mêmes personnes qui ont pondu le programme de la réforme scolaire.