La délocalisation de l'industrie canadienne du textile vers la Chine est analysée par les "bleeding heart" comme étant une catastrophe nationale. Les pertes d'emplois c'est ce que l'on voit.

Ce qu'on ne voit pas, ce sont les économies rendues possibles par cette délocalisation. Voici l'évolution de l'indice des prix à la consommation pour l'ensemble des biens et pour les vêtements entre 1992 et 2008:

Textile Canada

La diminution graduelle des quotas et leur abandon complet à partir de l'année 2005 ont permis non seulement de contrer l'augmentation du prix des vêtements, mais d'en diminuer le coût réel. Alors que les pressions inflationnistes font en sorte que presque tous les biens de consommation voient leur prix augmenté, depuis 2002, des pressions déflationnistes ont fait diminuer le prix nos vêtements.

On peut bien sûr déplorer les nombreuses mises à pied dans l'industrie du textile au Canada. Mais on devrait aussi se réjouir des économies substantielles réalisées depuis l'abandon des mesures protectionnistes. L'argent épargné par les millions de Canadiens achetant des vêtements compense pour les quelques milliers d'emplois perdus.

Sources:
Statistique Canada
Tableau 326-0022