Bastiat fait relâche cette semaine pour faire place au toujours pertinant Jacques Brassard.

"Israël, écrit Guy Millière, c'est le bouc émissaire qui permet d'éviter de se regarder dans un miroir."

Le Quotidien
Pour éviter de se regarder dans un miroir
Jacques Brassard (Chronique: mercredi, 12 mars 2008, p. 11)

Chaque fois que j'écris sur le conflit israélo-palestinien, je reçois toujours des courriels; leurs auteurs m'enguirlandent furieusement, me reprochant d'oublier que les "Palestiniens-sont-un-peuple-opprimé", victime de la domination malveillante et perverse de l'État hébreu.

Cette ritournelle est bien connue. Elle est au coeur de la Machine de propagande palestinienne; elle est reprise en choeur par une large partie de la classe politique occidentale et du monde médiatique. L'affaire est donc entendue: si les Palestiniens sont pauvres et sous-développés, s'ils sont devenus les nouveaux Damnés de la Terre (à la place du Prolétaire et du Colonisé); s'ils sont englués dans l'assistanat international (ils viennent de recevoir encore des milliards de dollars des pays occidentaux culpabilisés), le responsable, le coupable est tout désigné, c'est le Juif.

D'ailleurs, le "Juif-coupable-de-tous-les-malheurs-du-Monde," ce n'est pas une invention récente. Ça fait 2000 ans que les Juifs subissent pogroms, persécutions, brimades de toutes natures, expulsions collectives, meurtres de masse, finalement Holocauste, parce qu'ils sont désignés comme responsables des calamités et des fléaux qui se sont abattus sur tous les peuples de la Terre.

Sages de Sion

Rendez-vous compte: il y a encore beaucoup de gens qui sont convaincus que le Protocole des Sages de Sion – un faux fabriqué par la police secrète du Tsar au 19e siècle et qui faisait état d'un pseudo complot des Juifs pour dominer le monde – est un document authentique!

Il y a également beaucoup de gens qui sont persuadés que le 11-Septembre est le résultat d'une terrible conspiration judéo-américaine dans le but de justifier la guerre contre l'Islam. Le co-chef de Québec Solidaire, Amir Khadir, le croit et la comédienne oscarisée Marion Cotillard aussi.

Il suffit pourtant d'un examen attentif des faits et des événements pour conclure que ce sont les Palestiniens eux-mêmes (et surtout l'engeance extrémiste qui lui tient lieu d'élite dirigeante) qui sont responsables de leur état de misère et de sous-développement.

Voici une anecdote qui illustre très bien cette assertion…

Lorsqu'Ariel Sharon a fait démanteler les colonies de Gaza, il en est resté un vaste complexe de serres produisant des légumes. Les Palestiniens l'ont-ils remis en opération? Pas du tout! Ils l'ont saccagé! Le développement ne les intéresse pas, la sortie progressive de l'assistanat international ne les intéresse pas non plus. Sinon, expliquez-moi pourquoi les Juifs rescapés de l'Holocauste et ceux expulsés des pays arabes ont réussi, à force de travail et d'ingéniosité, à faire surgir du désert une économie moderne et diversifiée? Et pas les Palestiniens? C'est qu'ils ont choisi de cultiver la haine et l'exécration d'Israël; ils ont choisi d'exporter le fanatisme et le terrorisme. Remarquable économie, n'est-ce pas, que celle de la Terreur! Et l'"occupation" des territoires, de même que la clôture de sécurité, ne sont pas la cause ni le moteur de cette haine pathologique, elles en sont les effets et les conséquences. L'"occupation" résulte de quatre guerres d'agression contre Israël par les États arabes, la clôture est le seul moyen d'empêcher les attentats-suicides dans les bus et les restaurants.

Haine omniprésente

La haine est là depuis toujours. Bien avant que les Juifs, de retour dans leur antique patrie, furent autorisés à créer l'État d'Israël. Dans les années 30 et durant la Deuxième guerre mondiale, le Grand Mufti de Jérusalem copinait ouvertement avec Hitler et soutenait son programme d'extermination des Juifs. Une bonne idée, selon lui!

L'antisémitisme, ce cancer qui infecte tous les société arabo-musulmanes du Proche-Orient, n'est pas généralisé parce qu'Israël occupe la Judée et la Samarie ou bien parce que les Palestiniens sont pauvres ou encore parce qu'il y a, dans plusieurs pays, des contingents de réfugiés maintenus dans l'assistanat de façon permanente. Non, ce cancer est généralisé tout simplement parce qu'Israël existe. "Israël, écrit Guy Millière, c'est le bouc émissaire qui permet d'éviter de se regarder dans un miroir."

Israël n'a pas le choix, il doit se défendre avec force. Il est parfaitement légitimé d'extirper le terrorisme de Gaza. Et il devrait verrouiller de nouveau la frontière avec l'Égypte tout en demeurant sourd au concert d'indignation des pleureuses occidentales.