RichesseAvant de pouvoir redistribuer la richesse, il faut d'abord la créer !

Voilà une phrase que l'on entend souvent au Québec, tant à gauche qu'à droite. Moi-même, j'ai souvent répété ce leitmotiv.

Mais quand on cesse de faire le perroquet et qu'on se questionne sur le sens profond de cette phrase, on constate son incohérence.

Si l’on veut la création de la richesse, c'est précisément pour ne plus avoir à faire de redistribution. À quoi bon redistribuer de l'argent à quelqu'un qui s'est enrichi ?

De plus, cette phrase envoie un message contre-productif. Elle dit aux patrons et aux travailleurs qui se dévouent pour créer la richesse que leurs efforts seront récompensés… en spoliant le capital qu'ils ont créé pour le redonner à ceux qui auront décidé de regarder passer la parade.

C'est comme si dans une famille de 2 enfants, un des rejetons décidait faire plus de travaux domestiques pour augmenter son argent de poche. Le jour de la paye arrive et le père décide de redistribuer le fruit du labeur de l'enfant travaillant avec celui qui n'a pas travaillé. Vous pensez que la semaine suivante notre petit travaillant sera disposé à trimer aussi durement ?