Antagoniste


29 novembre 2007

Déséquilibre fiscal Canada Économie En Chiffres Québec

Le gouvernement fédéral prélève 43 428 millions de dollars en taxes et impôts au Québec. En retour, les dépenses du fédéral au Québec s’élèvent à 39 249 millions de dollars. Le fédéral perçoit donc "en trop" 4 179 millions de dollars ce qui représente une somme de 554 dollars par québécois. Si on fait le même exercice pour toutes les provinces canadiennes, voici ce que l'on obtient:

Déséquilibre fiscal

Question de simplifier le débat, supposons que la différence entre les recettes et les dépenses représente le déséquilibre fiscal*; alors on peut se demander pourquoi cet enjeu est aussi sensible au Québec. Avec notre déficit de 554$ par québécois nous sommes pile sur la moyenne canadienne. Les seules provinces qui auraient véritablement le droit de pester contre le déséquilibre fiscal sont l'Alberta, l'Ontario et la Colombie-Britannique. Pourtant, mêmes si ces dernières sont victimes d'un véritable racket, on les entend très peu se plaindre.

Moi le seul déséquilibre fiscal qui me préoccupe c'est celui qui existe entre la province de Québec et les citoyens québécois…

*Pareille supposition surévalue le déséquilibre. Notez que ses chiffres correspondent à l'année 2005 et ne tiennent donc pas compte des mesures conservatrices pour aplanir le déséquilibre fiscal.

Source:
Institut de la statistique du Québec
Comparaisons interprovinciales: Les finances publiques


29 novembre 2007

Où sont les pacifistes ? En Vidéos Gauchistan Israël Palestine Terrorisme

Cette semaine Radio-Canada a diffusé un excellent reportage sur les groupes islamistes palestiniens qui refusent catégoriquement le chemin de la paix:

Terroriste Palestinien
Cliquez ici pour voir le reportage sur le site de Radio-Canada

Quand je vois ce genre de chose, je me demande où sont nos pacifistes ? Où sont les manifestations, les éditoriaux et les cris d'indignation devant un comportement aussi belliqueux ? Pourquoi les pacifistes québécois jouent le jeu des extrémistes en refusant obstinément de formuler la moindre condamnation du clan palestinien ?

La gogauche québécoise, les syndicats en tête, préfère plutôt verser des larmes de crocodile sur la cause palestinienne comme en témoigne ce document produit par la FNEEQ–CSN et intitulé: "Faire plus pour la Palestine !". Si les syndicalleux voulaient vraiment "en faire plus pour la Palestine", ils commenceraient par dénoncer les islamistes palestiniens qui empoisonnent le processus de paix en refusant de reconnaître l'existence d'Israël.

Quoique qu’on pense de la validité de la conférence d'Annapolis, il est regrettable de voir la gogauche syndicaliste jouer le jeu des éléments radicaux en attisant la méfiance envers les modérés qui tentent de relancer le dialogue et de réduire l’intensité du conflit.


29 novembre 2007

Le Lordi québécois… Philosophie Québec

Lordi
Lordi, groupe de "heavy metal" finlandais gagnant du Eurovision 2006

*****Lisez le billet au complet, je fais un détour par la téléréalité pour parler de politique québécoise*****

Le "Eurovision Song Contest" est un genre de Star Académie européen: des pays présentent un chanteur et le public peut ensuite voter pour sa performance favorite.

Historiquement lors du Eurovision, on a toujours vu la même chose: de jolis chanteurs/chanteuses, tous sortis du même moule, se trémoussant sur des rythmes populaires (vous voyez le genre). L'an dernier, véritable commotion sur la scène du Eurovision: la compétition a été gagnée, avec un record de votes, par Lordi, un groupe finlandais qui a chanté "Hard Rock Hallelujah". Dehors les jolies chanteuses avec leurs chansons pops et dehors les "Don Juan" avec leurs balades romantiques, le public avait le goût de voir quelque choses de différent !

Cette année à Loft Story il y a aussi un "Lordi", il se nomme Sébastien. Lui aussi ne correspond pas au modèle établi: ce n'est pas un mannequin, ni un culturiste, ni un séducteur ou un sportif. Pourtant, le vote du public vient d'envoyer ce "mouton noir" en final de la populaire émission de téléréalité.

Le lien avec la politique ?

Quand toutes les alternatives se ressemblent, les gens peuvent avoir le goût de voter pour le plus étrange des "outsiders", simplement pour prouver qu'ils ont encore un choix.

Alors, à quand un "Lordi" sur la scène politique québécoise ?