Milton Friedman explique pourquoi l’avarice n’est pas un péché capital et pourquoi le libre-marché est supérieur à l’étatisme.

Friedman met le doigt sur quelque chose de très important: l’idée fausse que le « political self-interest » est meilleur pour la société que le « economic self-interest ».