J'ai écrit plusieurs billets sur la l'inutilité des statistiques mesurant les écarts de richesse (ici, ici, ici, ici, ici, ici et ici). Peu importe si les riches s'enrichissent plus vite que les pauvres, du moment que les pauvres s'enrichissent aussi, c'est tout ce qui compte. Voici une autre preuve que c'est le cas:

Situation aux États-Unis
1970
2005
Indice GINI1
0.394
0.469
Foyers pauvres2 possédant l’air climatisée
36%
80%

En 2005, les États-Unis sont beaucoup moins égalitaires qu'en 1970. Mais les pauvres vivant en 2007 sont capables de s'offrir une qualité de vie supérieure à celle des années 70.

Peu importe les écarts, du moment qu'on vit mieux !

1Le coefficient de Gini est une mesure du degré d'inégalité de la distribution des revenus. Ce coefficient est un nombre variant de 0 à 1, où 0 signifie l'égalité parfaite (tout le monde a le même revenu) et 1 signifie l'inégalité parfaite (une personne a tout le revenu, les autres n'ont rien). Le revenu médian est le revenu qui partage exactement en deux la population. Le revenu médian est beaucoup moins influencé par les gens très riches que le revenu moyen.

2Ce groupe représente le 20% d'américains avec le plus faible revenu.

Source:
Heritage Foundation
How Poor Are America's Poor? Examining the "Plague" of Poverty in America