Mario Roy

Extrait du livre « Pour en finir avec l’antiaméricanisme » de Mario Roy (éditorialiste à La Presse):

L'antiaméricanisme est la grande doctrine sacrée de la seconde moitié du vingtième siècle. Elle a été révélée par un étonnant aréopage de prophètes venus de l'extrême-droite et de l'extrême-gauche pour nourrir le peuple païen d'un brouet à base d'épices rares et chères aujourd'hui introuvables partout, sauf dans quelques belles armoires de cuisine (décapées) d'Outremont ; et d'ingrédients divers, plus ou moins frais, conservés au fond des réfrigérateurs des cafétérias universitaires.

Car l'antiaméricanisme est un dogme essentiellement bourgeois qui, égal en cela à tous les autres, autorise le mensonge, la bêtise et le mépris.

Tout ce qu'il est interdit de dire, ou même de penser, à propos de quelque peuple ou nation que ce soit, il est en effet permis de le lancer à la tête des Américains. Et ce, en usant de pseudo-analyses essentiellement supportées par des préjugés, où la pure réaction haineuse remplace l'examen véritable des faits, où la fabulation et l'aveuglement volontaire tiennent lieu de recul historique.

L'antiaméricanisme est aujourd'hui la seule forme de racisme non seulement permise, non seulement politically correct, mais entretenue, encouragée et stimulée par de puissants establishments : la grande industrie de la pensée, la haute bourgeoisie universitaire et la classe dominante médiatique.