Antagoniste


28 octobre 2007

Un débat qui dérange… En Vidéos Environnement

Message de John Stossel aux écologistes: give me a break.

P.S.: Un jour j'aurai une moustache comme Stossel !


28 octobre 2007

Le tigre balte Économie En Chiffres Europe

L'Estonie a déjà été un satellite de l'empire soviétique. Aujourd'hui, le petit état balte prend sa revanche en appliquant les principes économiques défendus dans le livre "Free to Choose" de Milton Friedman:

  • Abolition des taxes sur les corporations
  • Mise en place d'une "flat tax"
  • Coupures massives dans la bureaucratie
  • Abolition des tarifs douaniers
  • Abolition des restrictions sur les investissements étrangers

Ces réformes ont valu à Mart Laar, le Premier Ministre estonien, le prix Milton Friedman (décerné par le Cato Institute).

Le résultat ? Spectaculaire !

Voici la progression économique de l'Estonie depuis 2000, année à laquelle les réformes ont débuté:

Estonie
World Economic Outlook Database

Depuis la mise en place des réformes, la croissance économique de l'Estonie a été de 125%. Pour la même période, la croissance économique dans la zone euro a été de 34%.

Ce n'est pas au Québec qu'on risque de voir une chose pareille. Ici on est plutôt occupé à faire des débats futiles sur l'identité nationale…

C'est quand même décourageant de voir d'anciens états communistes se convertir au libre-marché alors que le Québec refuse d'abandonner un modèle économique depuis longtemps périmé…

Source:
Foreign Policy
The Globalization Index 2007: Baltic Tiger

Cliquez ici pour lire la suite »


28 octobre 2007

Le dogme bourgeois États-Unis Gauchistan Philosophie Québec

Mario Roy

Extrait du livre « Pour en finir avec l’antiaméricanisme » de Mario Roy (éditorialiste à La Presse):

L'antiaméricanisme est la grande doctrine sacrée de la seconde moitié du vingtième siècle. Elle a été révélée par un étonnant aréopage de prophètes venus de l'extrême-droite et de l'extrême-gauche pour nourrir le peuple païen d'un brouet à base d'épices rares et chères aujourd'hui introuvables partout, sauf dans quelques belles armoires de cuisine (décapées) d'Outremont ; et d'ingrédients divers, plus ou moins frais, conservés au fond des réfrigérateurs des cafétérias universitaires.

Car l'antiaméricanisme est un dogme essentiellement bourgeois qui, égal en cela à tous les autres, autorise le mensonge, la bêtise et le mépris.

Tout ce qu'il est interdit de dire, ou même de penser, à propos de quelque peuple ou nation que ce soit, il est en effet permis de le lancer à la tête des Américains. Et ce, en usant de pseudo-analyses essentiellement supportées par des préjugés, où la pure réaction haineuse remplace l'examen véritable des faits, où la fabulation et l'aveuglement volontaire tiennent lieu de recul historique.

L'antiaméricanisme est aujourd'hui la seule forme de racisme non seulement permise, non seulement politically correct, mais entretenue, encouragée et stimulée par de puissants establishments : la grande industrie de la pensée, la haute bourgeoisie universitaire et la classe dominante médiatique.