Avec la sortie du documentaire "Québec sur ordonnance" de Paul Arcand, on aura sans doute droit à une orgie de récriminations contre l'industrie pharmaceutique, la méchante "Big Pharma". Question de nuancer le débat, voici l'autre côté de la médaille.

Alain Dubuc

Dernier billet de cette série consacrée à l’industrie pharmaceutique. Je laisse le mot de la fin à Alain Dubuc qui nous livre son opinion sur le documentaire de Paul Arcand:

"En santé, le médicament constitue le point de rencontre entre l’univers étatique et l’économie de marché. Paul Arcand, comme la plupart des Québécois, trouve cela insupportable et a du mal à accepter qu’un service essentiel comme la santé soit confronté à des entreprises qui font du marketing et des profits, à des professionnels de la santé qui sont aussi des marchands. On se retrouve à dénoncer des pratiques qui sont parfaitement normales ailleurs, parce que le monde de la santé devrait rester virginal. C’est une attitude plus marquée au Québec et au Canada, dont il faudra un jour revenir."