NinjaEn juin dernier, la Chambre des Communes adoptait une toute nouvelle loi électorale (C-31). Lors des débats entourant l'adoption de cette loi, le Directeur Général des Élections (DGE) avait été clair: la loi, telle qu'écrite par le parlement, allait permettre le vote avec le visage voilé. Malgré tout, aucun député n'a réagi et la loi a reçu la sanction royale.

Deux mois plus tard, les mêmes partis politiques se lèvent et demande au DGE d'utiliser ses pouvoirs spéciaux pour contourner la loi qu'ils viennent tout juste d'adopter !

Au Québec, la loi électorale permet aussi de voter avec le visage voilée. Lors de la dernière élection, une vague d'indignation avait contraint le DGE d'utiliser ses pouvoirs spéciaux pour contourner la loi et interdire cette pratique. Devant pareil tollé, on aurait pu s'attendre à ce que les députés de l'Assemblée Nationale modifient la loi électorale. Hé bien non, pour l'élection partielle de Charlevoix le DGE a du, encore une fois, utiliser ses pouvoir spéciaux.

Bref, tant à Ottawa qu'à Québec les politiciens ont cherché à blâmer les DGE alors que les vrais responsables de la situation c'étaient eux. Mais en blâmant les DGE, ça leur évite d'avoir à assumer leurs responsabilités…

P.S.: Il n'y a qu'au Québec où cette histoire de vote avec le visage voilé a défrayé la manchette…

Pour en savoir plus:
Radio-Canada Desaultels
Voter à visage couvert