ImmigrationEn juin dernier, Bush a déposé une réforme très contestée de l'immigration. Une des pierres angulaires sa réforme: l'introduction d'un système de notation pour la sélection des immigrants. Les immigrants désirant s'établir aux États-Unis recevront des points en fonction de leur scolarité, de leur expérience sur le marché du travail et de leur capacité à communiquer en anglais. Les gens ayant accumulés le plus de points seront admis sur le territoire américain.

Comment a été accueillie cette proposition ? Tant la gauche que la droit l'ont rejeté en bloc !

À gauche on rejette le système de notation en faisant valoir que l'immigration doit privilégier les besoins humanitaires et la réunification des familles. On affirme que le système de notation tourne le dos aux valeurs de compassion qui ont toujours été présentes dans l'immigration.

À droite, les entreprises ne veulent rien savoir du système de notation. Ces dernières font valoir que la sélection de la main-d'oeuvre est le privilège des entreprises et non pas celui des fonctionnaires. Bref, les entrepreneurs américains ne veulent pas voir le gouvernement se mêler de leurs affaires.

Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que le Québec et le Canada utilisent un système de notation similaire à celui proposé par Bush. Un système unanimement rejeté aux États-Unis mais unanimement accepté ici… Que faut-il en comprendre ?