Rare sont les symboles qui ont autant cristallisé l'anti-américanisme que la prison de Guantanamo. De "Gitmo", Amnesty Internationale a dit qu'il s'agissait du "goulag des temps moderne".

Pendant qu'on était occupé à critiquer les américains, nous avons peut-être raté l'essentiel…

Courrier International
Plutôt Guantanamo que l'Algérie

Prochainement, 17 Algériens pourront quitter la base militaire américaine pour rejoindre leur pays. Sauf qu'au moins l'un d'entre eux refuse ce transfert et préfère rester à Guantanamo Bay. La terreur des geôles algériennes semble plus forte que le régime de haute sécurité américain.

Ahmed Bel Bacha, 38 ans, passe vingt-deux heures par jour dans une cellule de Guantanamo Bay qui, selon son avocat, est “un tombeau […] d’acier sans fenêtre”. Pourtant, il préfère y demeurer plutôt que d’être renvoyé dans son pays, l’Algérie. Ahmed Bel Bacha est détenu depuis cinq ans dans la prison militaire américaine de Guantanamo Bay, à Cuba, mais, avec l’aide de maître Zachary Katznelson, de l’association de défense des droits de l’homme Reprieve, il bataille devant les tribunaux des États-Unis pour ne pas en sortir, ni être remis aux autorités algériennes.

Le cas de Ahmed Bel Bacha n'est pas unique. Une douzaine de détenus ouïgours, membres d'une minorité turcophone persécutée dans l'est de la Chine et Abdul Ra'ouf al-Qassim, un libyen, préfèrent tous demeurer à Gitmo plutôt que de retourner dans leur pays d'origine.

Tout le temps à passer à casser du sucre sur le dos des américains nous a fait oublier qu'il existait des choses bien pires que Guantanamo. Mais comme d'habitude, si des gens souffrent et qu'on ne peut pas blâmer Israël ou les États-Unis, le peuple s'en fiche.

P.S.: Si on qualifie Guantanamo de Goulag, alors quel qualificatif restera-t-il pour les geôles libyennes, chinoises ou algériennes ?