Antagoniste


12 août 2007

Le goulag ? États-Unis International Moyen-Orient Terrorisme

Rare sont les symboles qui ont autant cristallisé l'anti-américanisme que la prison de Guantanamo. De "Gitmo", Amnesty Internationale a dit qu'il s'agissait du "goulag des temps moderne".

Pendant qu'on était occupé à critiquer les américains, nous avons peut-être raté l'essentiel…

Courrier International
Plutôt Guantanamo que l'Algérie

Prochainement, 17 Algériens pourront quitter la base militaire américaine pour rejoindre leur pays. Sauf qu'au moins l'un d'entre eux refuse ce transfert et préfère rester à Guantanamo Bay. La terreur des geôles algériennes semble plus forte que le régime de haute sécurité américain.

Ahmed Bel Bacha, 38 ans, passe vingt-deux heures par jour dans une cellule de Guantanamo Bay qui, selon son avocat, est “un tombeau […] d’acier sans fenêtre”. Pourtant, il préfère y demeurer plutôt que d’être renvoyé dans son pays, l’Algérie. Ahmed Bel Bacha est détenu depuis cinq ans dans la prison militaire américaine de Guantanamo Bay, à Cuba, mais, avec l’aide de maître Zachary Katznelson, de l’association de défense des droits de l’homme Reprieve, il bataille devant les tribunaux des États-Unis pour ne pas en sortir, ni être remis aux autorités algériennes.

Le cas de Ahmed Bel Bacha n'est pas unique. Une douzaine de détenus ouïgours, membres d'une minorité turcophone persécutée dans l'est de la Chine et Abdul Ra'ouf al-Qassim, un libyen, préfèrent tous demeurer à Gitmo plutôt que de retourner dans leur pays d'origine.

Tout le temps à passer à casser du sucre sur le dos des américains nous a fait oublier qu'il existait des choses bien pires que Guantanamo. Mais comme d'habitude, si des gens souffrent et qu'on ne peut pas blâmer Israël ou les États-Unis, le peuple s'en fiche.

P.S.: Si on qualifie Guantanamo de Goulag, alors quel qualificatif restera-t-il pour les geôles libyennes, chinoises ou algériennes ?


12 août 2007

La dérive gauchiste En Citations États-Unis Europe Philosophie Terrorisme

Nick Cohen

Extrait du livre « What’s Left? » de l’intellectuel de gauche Nick Cohen:

"I ask how wealthy socialists, liberals, and feminists in Europe and North America came to turn their backs on the victims of movements that in their misogyny, homophobia, and racism represented everything the left is against–or says it’s against. I ask whether the betrayals are merely a product of a justifiable revulsion against the Bush presidency that will go when he’s gone or whether there are deeper and more uncomfortable causes that call into question what it means to be left wing today. […]

Sexist judges used to say that women who went out in miniskirts were « asking for it ». Their provocative dress was the root cause of their rape. So it was with the intellectual left after 9/11. We « had it coming »; we were the root cause of our own murder. Just as judges once removed responsibility from rapists and didn’t want to know why some men raped and others did not, so intellectual leftists made mass murder appear a natural response to external provocation and didn’t ask themselves if any free society could remain free if it didn’t provoke Islamists. Rather than listening to what bin Laden was saying, leftish intellectuals adopted a stance for which I find no precedent: they urged the appeasement of demands that hadn’t been made. They used bin Laden as an ally to promote their own wish list and called for a limit to globalization, the withdrawal of Israeli troops from the West Bank or a rerun of the disputed 2000 American Presidential election. […]

Of all people, the liberal intelligentsia seems best able by temperament and training to lead the search for the middle way. No phrase is dearer to our hearts than « there is good and bad on both sides ». Our favourite colour is grey (or shades thereof). You can be a critical friend of one side or another but you have to choose which side you are on, and those who don’t usually end up as the biggest villains of all. […]

Like generals who fight the last war instead of the present one, socialists and squishy progressives were so accustomed to regarding American imperialism as the only source of evil in the world that they couldn’t imagine any other enemy."