Raul CastroSurprise à Cuba…

Assurant le leadership du pays en l'absence de Fidel, Raul Castro a fait tout un mea culpa au sujet des "acquis" de la révolution cubaine. Le frère de l'autre a admis que les salaires étaient trop bas, la bureaucratie trop lourde et les investissements étrangers trop peu nombreux. Bref, Raul est en voit de réaliser ce que l'Occident a compris depuis plusieurs année: le capitalisme est supérieur au communisme.

Cette situation illustre parfaitement la profonde incohérence des mouvements antimondialistes.

Pour ces gens, l'impérialisme économique américain est foncièrement mauvais. Faire du business avec les américains c'est se faire spolier de ces ressources et voir sa population être exploitée. On devrait donc s'attendre à ce que les pays n'entretenant aucun lien économique avec les États-Unis constituent le paradis des travailleurs.

Grace à l'embargo des États-Unis sur Cuba, les cubains ne sont pas soumis aux terribles effets de l'impérialisme économique des américains. Pourtant Cuba désire ardemment la fin de cet embargo pour enfin voir des investissements américains se réaliser dans l'ile…

Résumons…

Si Cuba va mal, c'est parce que les États-Unis ne font pas de business avec l'île et si le monde va mal, c'est parce que les États-Unis font du business partout… Pas très cohérant tout ça…