ChineUn nouveau joueur pourrait s'ajouter dans la guerre contre le terrorisme, un joueur de taille…

Les médias ont beaucoup parlé du siège de la Mosquée Rouge d'Islamabad. Par contre, le rôle prépondérant de la Chine dans la chronologie des événements est resté relativement méconnu.

La Chine et le Pakistan sont en train de tisser des liens très étroits depuis quelques années. Du côté économique, plus de 9 000 travailleurs (ingénieurs, techniciens, hommes d'affaires) chinois se trouvent actuellement au Pakistan pour réaliser divers projet de construction. Du côté militaire, la Chine est devenue le plus important fournisseur de matériel militaire du Pakistan. Il ne faut donc pas se surprendre que le Chine surveille de près les événements au Pakistan, surtout quand les intérêts chinois se trouvent menacés…

Le 23 juin dernier, des islamistes fréquentant la Mosquée Rouge ont kidnappé 7 chinois travaillant dans une "clinique" d'Islamabad. Deux semaines plus tard, 3 travailleurs chinois ont été exécutés dans la province de Peshawar. Il n'en fallait pas plus pour que Beijing ordonne au président Pervez Musharraf de faire le grand ménage de la Mosquée Rouge. On connait la suite…

Mes les attaques des fondamentalistes islamistes contre les intérêts chinois n'ont pas arrêté pour autant. Encore cette semaine, des chinois ont été visés par des attentats à la bombe.

La mouvance islamique pakistanaise est en train de jouer un jeu dangereux. Si l'Occident mène une guerre au terrorisme à la manière d'un "gentleman", les islamistes risquent de découvrir que la Chine est beaucoup plus expéditive dans sa manière de traiter avec les terroristes.