Depuis le tout début, le problème de la mission canadienne en Afghanistan a été l'incroyable incompétence des politiciens. Les libéraux n'ont jamais été capables d'expliquer à la population les raisons justifiant notre présence en Afghanistan et sous les conservateurs, je pense que c'est encore pire.

Voici la réponse de Josée Verner à un journaliste lui demandant pourquoi le Canada était en Afghanistan, un chef-d'oeuvre de patinage:

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Des propos aussi confus ne font que créer un vide que les gauchistes se font un plaisir de combler avec leurs explications les plus folles.

Ironiquement c'est Emmanuel Reinert, directeur général du Conseil de Senlis, une ONG très critique de la mission en Afghanistan, qui a le mieux expliqué le travail de nos soldats:

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

L'extraordinaire parti pris des médias pèse aussi dans la balance. Si les bavures de l'OTAN font les premières pages de nos journaux, on ne parle jamais de la sauvagerie des talibans:

Scotland on Sunday
Schoolgirls in the gunsights of the Taliban

With their teacher absent, 10 students were allowed to leave school early. These were the girls the gunmen saw first, 10 easy targets walking hand-in-hand through the blue metal gate and on to the winding dirt road.

A 13-year-old named Shukria was shot in the arm and the back, and teetered into an adjacent wheat field. Zarmina, her 12-year-old sister, ran to her side, listening to the wounded girl's precious breath and trying to help her stand. But Shukria was too heavy to lift and the two gunmen, sitting astride a single motorbike, sped closer.

As Zarmina scurried away, the men took a more studied aim at those they had already shot, finishing off Shukria with bullets to her stomach and heart. Then the attackers seemed to succumb to the frenzy they had begun, forsaking the motorbike and fleeing on foot in a panic, two bobbing heads – one tucked into a helmet, the other swaddled by a handkerchief – vanishing amid the earthen colour of the concealing wheat.

Six girls were shot here on the sunny afternoon last month; two of them died.