Antagoniste


16 juillet 2007

Pars, et surtout reviens-moi… États-Unis Irak Terrorisme

Irak

Alors qu'aux États-Unis et dans le monde on s'époumone à réclamer le retrait des États-Unis d'Irak…

Du côté de l'ONU, Ban Ki-Moon s'inquiète qu'un brusque retrait des troupes américaines risquerait d'aggraver la crise en Irak, et il a invité les États-Unis à garder à l'esprit les intérêts du peuple irakien.

Difficile d'avoir des signaux plus contradictoires.


16 juillet 2007

C’est de la faute des politiciens Afghanistan Canada Terrorisme

Depuis le tout début, le problème de la mission canadienne en Afghanistan a été l'incroyable incompétence des politiciens. Les libéraux n'ont jamais été capables d'expliquer à la population les raisons justifiant notre présence en Afghanistan et sous les conservateurs, je pense que c'est encore pire.

Voici la réponse de Josée Verner à un journaliste lui demandant pourquoi le Canada était en Afghanistan, un chef-d'oeuvre de patinage:

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Des propos aussi confus ne font que créer un vide que les gauchistes se font un plaisir de combler avec leurs explications les plus folles.

Ironiquement c'est Emmanuel Reinert, directeur général du Conseil de Senlis, une ONG très critique de la mission en Afghanistan, qui a le mieux expliqué le travail de nos soldats:

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

L'extraordinaire parti pris des médias pèse aussi dans la balance. Si les bavures de l'OTAN font les premières pages de nos journaux, on ne parle jamais de la sauvagerie des talibans:

Scotland on Sunday
Schoolgirls in the gunsights of the Taliban

With their teacher absent, 10 students were allowed to leave school early. These were the girls the gunmen saw first, 10 easy targets walking hand-in-hand through the blue metal gate and on to the winding dirt road.

A 13-year-old named Shukria was shot in the arm and the back, and teetered into an adjacent wheat field. Zarmina, her 12-year-old sister, ran to her side, listening to the wounded girl's precious breath and trying to help her stand. But Shukria was too heavy to lift and the two gunmen, sitting astride a single motorbike, sped closer.

As Zarmina scurried away, the men took a more studied aim at those they had already shot, finishing off Shukria with bullets to her stomach and heart. Then the attackers seemed to succumb to the frenzy they had begun, forsaking the motorbike and fleeing on foot in a panic, two bobbing heads – one tucked into a helmet, the other swaddled by a handkerchief – vanishing amid the earthen colour of the concealing wheat.

Six girls were shot here on the sunny afternoon last month; two of them died.


16 juillet 2007

À la recherche de la richesse Économie En Chiffres États-Unis

Voici une représentation graphique des 30 plus grosses fortunes de l'histoire des États-Unis, les fortunes sont classées en fonction de leur taille par rapport à l'économie américaine à l'époque. Pour chacune de ces fortunes, on a aussi indiqué leur longévité.

Richesse États-Unis
New York Times

Environ 24 des 30 plus grosses fortunes de l'histoire américaine ont été construites entre les années 1800 et 1900. Seulement 3 fortunes construites après les années 50 apparaissent au classement (Bill Gates, Warren Buffet et Sam Walton).

Une réalité très contrastante par rapport au discours ambiant voulant que la richesse se concentre de plus en plus dans les mains de quelques individus.

New York Times
The Richest of the Rich, Proud of a New Gilded Age

Individual fortunes nearly a century ago were so large that just 30 tycoons — Rockefeller was by far the wealthiest — had accumulated net worth equal to 5 percent of the national income. Their wealth flowed mainly from the empires they built in manufacturing, railroads, oil, coal, urban transit and mass retailing as the United States grew into the world’s largest industrial economy.

Today the fortunes of the very wealthiest are spread more widely. In addition to stock and stock options, low-interest credit has brought wealth to more families — by, for example, facilitating the sale of individual businesses for much greater sums than in the past. The fortunes amassed in hedge funds and in private equity often stem from deals involving huge amounts of easy credit and vast pools of capital available for investment.

Voici dans quelle proportion la richesse américaine a été monopolisée dans les mains de quelques financiers depuis 100 ans:

Richesse États-Unis
University of California, Berkeley (Department of Economics)

Encore une fois, on peut constater que la richesse ne s'est pas concentrée de manière outrancière depuis les 50 dernières années. On reste très loin du niveau atteint dans les années 20.

Historiquement, la proportion de la richesse contrôlé par les plus riches a diminué lors de crises économiques majeures (1929, 1973). Qui, aujourd'hui, voudrait vivre un crash boursier et une grande dépression pour voir cette proportion baisser de nouveau ?