Antagoniste


17 juin 2007

Nager à contre courant Canada Économie Mondialisation Québec

EngrenagesDepuis le début du 20e siècle, l'agriculture connait un déclin constant. En 1931, 33% des canadiens vivaient sur une ferme, à la fin des années 2000 cette proportion était inférieure à 3%. Entre 1956 et 1961, la population agricole au Canada a connu un recul spectaculaire de 700 000 personnes.

Où je veux en venir ?

Les économies changent, se transforment et s'adaptent aux nouvelles réalités. Au début du 20e siècle il y a eu une phase de transition d'une économie agraire vers une économie manufacturière. Imaginez si le gouvernement avait décidé de se battre contre cette tendance. Si au moyen de subventions les politiciens avaient décidé de maintenir en vie coûte que coûte l'agriculture au dépend de l'industrie manufacturière. On aurait complètement manqué le bateau et les dommages à notre économie se feraient probablement sentir encore aujourd'hui.

En ce moment nous vivons une phase de transition analogue, on passe d'une économie manufacturière à une économie de technologies. Mais voilà, cette fois-ci le gouvernement commet l'impensable: il a décidé de se battre contre cette nouvelle tendance…

Résultat, on dépense sans compter pour maintenait en vie une économie que l'on devrait laisser mourir de sa belle mort. Par exemple, le gouvernement va débourser 10 millions de dollar pour chaque emploi créé dans une nouvelle aluminerie au Saguenay – Lac St-Jean. Même chose pour les forêts, le respirateur artificiel pour maintenir en vie cette industrie nous coûte plusieurs millions.

En pendant que l'on s'acharne à sauver les industries de la vielle économie, on sacrifie la nouvelle économie. Le Conference Board du Canada juge que l'on s’enlise dans la médiocrité en raison du manque d'innovation et de la constante pénurie de main d'oeuvre qualifiée, notamment dans les domaines des sciences, de l'ingénierie et du commerce. Imaginez si tous les milliards consentis à l'industrie manufacturière avaient été versés dans l'économie du savoir…

En février dernier, même si le Québec a perdu 33 000 emplois dans le domaine manufacturier, le taux de chômage est resté inchangé, démontrant ainsi qu'il n'y a pas de raison de craindre cette phase de transition économique.

Mais en s'acharnant à vouloir sauver les emplois du passé en sacrifiant ceux du futur, le gouvernement pourrait bien gâcher la sauce. Cette obstination à vouloir aller contre le progrès pourrait bien causer des dommages économiques dont on parlera encore dans 100 ans…


17 juin 2007

C’est la fête ! Coup de gueule Gauchistan Québec

Québec Solidaire

En marge du conseil nationale de Québec Solitaire, Françoise David a tracé un bilan positif des résultats des dernières élections et ce même si son parti n’a obtenu que 3.7% des votes.

Moi aussi je vois beaucoup de positif dans les résultats de Québec Solitaire, pour être plus précis je vois 96,3% de positif !


17 juin 2007

L’occident en chiffres: le PIB Canada Économie En Chiffres États-Unis Europe

Donnés relatives à la croissance annuelle moyenne du PIB en Amérique du Nord entre 1998 et 2003:

PIB

PIB

OCDE
OECD Regions at a Glance 2007

Is concentration good for growth?

Between 1998 and 2003, GDP grew faster, on average, in predominantly urban (2.4%) and intermediate regions (2.1%) than in rural regions (1.7%).

Not only do urban and intermediate regions concentrate a very large share of national GDP, they also tend grow faster than rural regions. This pattern of high concentration and fast growth seem to be driven by the benefits stemming from "economies of agglomeration" .

First, firms benefit from lower transport costs when they are close to other firms and people (local demand). Second, information flows locally more easily than over greater distances so that firms have more opportunities to learn from each other and imitate more efficient methods of production. Third, the employment opportunities created by a concentration of firms attract skilled workers, while the greater availability of specialised skills increases the productivity of firms. Finally, more intensive use of infrastructure by a larger number of firms increases the overall productivity of the regional economic system. As a result, GDP tends to grow faster in urban and intermediate regions, where economic activity and the workforce are more concentrated, than in rural ones.

Urban regions displayed the highest average GDP growth rates in 8 out of 22 OECD countries, while intermediate regions performed best in 10 out of 22. Predominantly rural regions were the fast growing areas only in the Czech Republic, Germany, Ireland and the Slovak Republic.

Although GDP tends to grow faster in urban and intermediate regions, rural regions are not necessarily trapped in a low-growth path. In fact in 9 out of 22 OECD countries, the region with the highest GDP growth was a rural region.

Dimanche prochain
L'occident en chiffres: L'industrialisation