Extrait d'un texte publié dans le journal "Le Monde". Des palestiniens nostalgiques de l'époque où Israël maintenait l'ordre…

Le Monde

Le désespoir ambiant est tel que, de haut en bas de l’échelle sociale, on souhaite désormais à haute voix la réoccupation de la bande de Gaza par l’armée israélienne. « C’est horrible à dire, mais c’est notre seule alternative, dit Bashir Rayès, un économiste. L’armée israélienne débarque en force, fait le ménage, place notre territoire sous la tutelle d’un organisme comme la Ligue arabe, puis se retire en cédant sa place à une force multinationale. A ce régime, peut-être que dans dix ans nous recommencerons à nous comporter comme des êtres humains. » La servitude ou l’autodestruction : c’est l’infernale alternative dans laquelle les Palestiniens de la bande de Gaza sont désormais enfermés.

J’attire aussi votre attention sur un texte de Martin Indyk publié dans le Washington Post.

Selon l’article, Mahmoud Abbas aurait volontairement laissé le Hamas prendre le contrôle de Gaza. Indyk observe que maintenant, Gaza est devenu le problème du Hamas. Depuis la Cisjordanie, Abbas sera en mesure de négocier la création d’un État Palestinien avec Israël tout en rétablissant l’aide financière des pays occidentaux. Pendant ce temps, Abbas compte bien laisser le Hamas mijoté dans son trou. Voyant la Cisjordanie prospéré et Gaza partir à vau-l’eau, les Palestiniens pourraient bien se retourner contre le Hamas.