HermiteCette semaine j'ai reçu un communiqué de presse d'Influence Communication m'informant que la première nuit de Paris Hilton en prison avait causé un séisme médiatique.

En comparaison, la crise qui sévit au Liban n'a obtenu que 50 % de toute l'attention accordée à l'héritière de l'empire Hilton. Le premier ministre Harper et l'ensemble des affaires gouvernementales canadiennes doivent se contenter de 33 % de la marque de Mme Hilton. Le gouvernement québécois en entier ne dépasse pas 18 %.

L'engouement est tellement important que son volume de couverture représente 17 % de celui accordé au président des États-Unis et 33 % de celui qui porte sur le sommet du G8.

Ma réaction ? "De kossé ! Paris Hilton a été jetée en prison !"

Trois jours plus tard je reçois un autre communiqué de presse d'Influence Communication m'informant que l'annonce de la libération de Paris Hilton a été la nouvelle la plus citée de la journée aux États-Unis, loin devant le sommet du G8 et la guerre en Irak. Jeudi, entre 10h05 et midi, les médias du monde entier ont diffusé en moyenne 90 nouveaux reportages chaque minute. Pendant les 50 premières minutes, plus de 5 000 reportages ou entrevues avaient déjà été diffusés dans plus de 120 pays.

Ma réaction ? "De kossé ! Paris Hilton est déjà sortie de prison !"

Sans le savoir, je dois vivre en ermite…