Jérusalem

——

Il y a 40 ans débutait la guerre de 6 jours. Voici un extrait du livre « Ô Jérusalem », relatif à l’année 1947, qui a trouvé écho lors de ce conflit (1967) et qui trouve encore écho aujourd’hui:

Ben Gourion connaissait bien l’histoire de la Palestine. Combien de fois n’avait-t-il pas vu l’intransigeance arabe servir providentiellement les aspirations sionistes, « aidant par ses menaces à réaliser des exploits considérables que nous aurions été incapables d’accomplir autrement ». Les premières attaques de leurs colonies [dans les années 20] avaient contraint les agriculteurs juifs à employer contre leur gré de la main-d’oeuvre juive. Les agressions contre les Juifs de Jaffa avaient entraîné la fondation de Tel-Aviv. En refusant aux survivants des camps de concentrations hitlériens le droit de s’installer en Palestine, les Arabes avaient conduit le monde à soutenir la création d’un État juif. Or la plus grande erreur que les Arabes pourraient jamais commettre en faveur des Juifs, estimait Ben Gourion, serait de refuser la décision des Nation Unie. « Ce refus changerait tout pour nous, pensait-il, car il nous donnerait le droit de prendre ce que nous pourrions ».