Ron Paul

——

Ron Paul, candidat à l’investiture républicaine, au sujet du terrorisme:

"They’re not attacking us because we’re rich and free, they’re attacking us because we’re over there."

Jean-François Revel

——

Jean-Francois Revel dans son livre « Comment les démocraties finissent »:

"La civilisation démocratique est la première dans l’histoire qui se donne tort, face à la puissance qui travaille à la détruire."

S’il existe une tyrannie dont l’occident n’a pas encore réussit à se débarrasser, c’est bien la « tyrannie de la pénitence ». Dans tous les conflits qui ont opposé l’occident aux totalitarismes, on a vu prospérer l’industrie de la faute… Des apologistes qui aiment crier sur les toits que nos ennemies ont toujours une bonne raison pour nous en vouloir. Des démocraties qui pensent que la paix dépend de notre bonne volonté et que les instigateurs de la guerre sont dans notre camp.

Rappelons que les attentats contre les ambassades des États-Unis en Afrique et ceux du 11 Septembre ce sont produits avant la guerre en Irak. Rappelons aussi que le 11 septembre a été planifié au moment même où Clinton avait réussit à construire un climat de détente et de confiance avec le Moyen-Orient.

On dira: « Le terrorisme prend racine dans les interventions américaine. Les politiques américaines au Moyen-Orient exacerbent le terrorisme. »

Il y a une parcelle de vérité dans cette affirmation, le meilleur moyen pour échapper à la colère de ses ennemis c’est de ne pas leur résister. La déclaration de guerre de l’Angleterre et la France contre le 3e Reich a sans doute « exacerbé » la menace nazie.

Effectivement, la politique mise de l’avant en Irak et en Afghanistan pour éliminer les islamistes augmentent la menace terroriste. Mais attention, ces politiques n’ont pas créé cette menace, elle existait déjà avant notre intervention.

Plus que jamais l’occident doit se défaire de « l’industrie de la faute », une industrie qui repose sur l’idée que tout ce qui se produit de mauvais ou de violent dans le monde correspond un crime de l’occident.