Un messie !Pauline Marois a décidé de dicter ses conditions aux péquistes: si elle prend la tête du PQ, le référendum sera mis sur la glace et le modèle social-démocrate sera revu pour s'aligner sur celui des pays scandinaves et de l'Angleterre.

Bien, on ne peut pas être contre le "gros bon sens".

Mais…

De toute sa carrière politique, jamais Pauline Marois a tenu un tel discours…

Et le PQ, qui bat au rythme de la "Marois-mania", n'a jamais manifesté sa volonté de prendre un tel virage auparavant.

Redéfinir l'option référendaire et s'inspirer du modèle social-démocrate de Tony Blair, c'était aussi les objectifs de Boisclair. Objectifs mort-nés parce que les péquistes ont refusé de revoir l'orthodoxie du parti lors de la dernière élection.

Bref, je me pose la question:

Marois et le PQ: une leader et un parti qui veulent le pouvoir pour mettre en oeuvre leurs idées ou une leader et un parti qui cherchent les idées qui les mèneront au pouvoir…