Antagoniste


13 mai 2007

La Ligue Nationale d’Improvisation… En Citations Québec

Gilles Duceppe répondant aux accusations de putsch de Boisclair:

Gilles Duceppe

——

Gilles Duceppe (Le Téléjournal / Le Point, dimanche 6 mai 2007):

"J'ai toujours dit que j'avais pas de plan de carrière et je n'en ai pas. Je trouve ça malsain."

Non seulement Duceppe n'a pas de "plan de carrière", il n'a pas de plan tout court (et peut-être plus de carrièrte) !

Faire de la politique sans avoir de plan, c'est aussi plutôt malsain…


13 mai 2007

La mondialisation des bons gouvernements Économie En Chiffres International Mondialisation

Quelle est l'effet de la mondialisation sur la corruption des gouvernements ?

En utilisant le "The Globalization Index" de la revue Foreign Policy, j'ai divisé les pays en 4 groupes: le "groupe 1" représentant les pays les plus mondialisés et le "groupe 4" les pays les moins mondialisés. Pour chaque groupe, j'ai déterminé le niveau de corruption moyen en utilisant le "Corruption Perceptions Index" tel que calculé par l'organisme Transparency International.

Le résultat:

Mondialisation

Plus un pays est mondialisé, plus ses commettants sont nombreux et plus ces derniers exigent une gestion transparente des affaires de l'état.

Des géants industriels, qui planifient sur des décennies et investissent sur des générations, ne sont pas intéressés à travailler et à produire sachant qu'à chaque instant, tous leurs efforts pourraient être anéantis par le premier caprice susceptible de germer dans le crâne d’un fonctionnaire ou d'un chef d'état véreux.

Sources:
FOREIGN POLICY
The Globalization Index

Transparency International
Corruption Perceptions Index


13 mai 2007

Éloge de l’argent Économie En Citations Philosophie

Ayn Rand

Ayn Rand, Extrait de « Atlas Shrugged »:

"Money demands that you sell, not your weakness to men’s stupidity, but your talent to their reason; it demands that you buy, not the shoddiest they offer, but the best that your money can find. And when men live by trade – with reason, not force, as their final arbiter – it is the best product that wins, the best performance, the man of best judgment and highest ability – and the degree of a man’s productiveness is the degree of his reward. This is the code of existence whose tool and symbol is money. Is this what you consider evil?

If you ask me to name the proudest distinction of Americans, I would choose – because it contains all the others – the fact that they were the people who created the phrase ‘to make money.’ No other language or nation had ever used these words before; men had always thought of wealth as a static quantity – to be seized, begged, inherited, shared, looted or obtained as a favor. Americans were the first to understand that wealth has to be created. The words ‘to make money’ hold the essence of human morality.

Yet these were the words for which Americans were denounced by the rotted cultures of the looters’ continents. Now the looters’ credo has brought you to regard your proudest achievements as a hallmark of shame, your prosperity as guilt, your greatest men, the industrialists, as blackguards, and your magnificent factories as the product and property of muscular labor, the labor of whip-driven slaves, like the pyramids of Egypt. The rotter who simpers that he sees no difference between the power of the dollar and the power of the whip, ought to learn the difference on his own hide – as, I think, he will.

Until and unless you discover that money is the root of all good, you ask for your own destruction. When money ceases to be the tool by which men deal with one another, then men become the tools of men. Blood, whips and guns – or dollars. Take your choice – there is no other – and your time is running out."


13 mai 2007

La question à 144 000$/an Québec

Question: Qu'est-ce qui est le plus important pour Gilles Duceppe ?

  1. Devenir chef du PQ pour faire valoir ses idées et inscrire le Québec au concert des nations.
  2. Son chèque de député au fédéral.

Réponse: Son chèque de député au fédéral.

C'est quand même drôle, toute la semaine on nous a dit qu'une course au leadership allait permettre au PQ de faire un débat d'idée. Quelques heures plus tard, après avoir été complètement absente de la dernière campagne électorale et sans avoir exprimé une seule idée, Pauline Marois se dirige vers un couronnement…

Encore une fois le PQ est victime du "syndrome du messie"; au diable les idées on se jette dans les bras du premier venu…