Au moment où la France se donne un politicien courageux capable de réformer un système à bout de souffle, au Québec on s'enfonce…

Au Québec, des politiciens prétendument de droite, ont décidé de maintenir le statu quo sur la nationalisation d'un club de golf et d'une station de ski… Une chance que le ridicule ne tue pas !

Le Québec, tout comme la France, a besoin d'un Nicolas Sarkozy:

Mais voilà, il est de plus en plus évident que Mario Dumont n'aura pas la trempe d'un Sarkozy et que Charest a décidé de s'agenouiller devant les contestataires.

Bref, les politiciens ont compris comment la "game" se jouait au Québec: il faut tout promettre et ne rien faire.

En attendant, vivement un Sarko québécois…