Quand un socialiste se rend en Suède, c'est un peu comme Paul parcourant le chemin de Damas…

Marianne
Le modèle suédois
Édition du 14 au 23 avril, page 46

Lors de sa visite chez Ericsson, Ségolène Royal a pu constater avec un certain étonnement que la formule [la mondialisation] tenait toujours le cap. Interrogé sur les dizaines de milliers d'emplois supprimés en 2000 par le géant de la téléphonie, Bent Fogelberg, le délégué de Landsorganisationen iSverige (LO), l'unique confédération syndicale, lui a tranquillement expliqué que rien ne servait de lancer des grèves contre des délocalisations inéluctables. La priorité consistait plutôt à obtenir le reclassement des licenciés. Ce qui semble avoir été le cas pour 90% d'entre eux chez Ericsson.

En espérant que l'illumination se produise un jour…