Antagoniste


30 avril 2007

Camarades prolétaires, c’est la fête ! Économie Gauchistan International

URSS communiste

Pour souligner le 1er mai, journée internationale du prolétaire, un numéro du Camarade Coluche à la gloire du communisme !

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


30 avril 2007
30 avril 2007

Efficacité énergétique Environnement Québec

Billets Verts

Le métro de Laval a enfin ouvert ses portes, cette bonification du réseau de transport en commun dans la région de Montréal va sûrement plaire aux écologistes. Un métro signifie moins de voiture donc moins de gaz à effet de serre (GES), mais à quel prix ?

Selon l'Agence Métropolitaine des Transports, 3000 voitures seront retirées des routes (La Presse Affaires, samedi 28 avril 2007).

Le métro de Laval a coûté 800 millions de dollar.

Faisons le calcul…

Metro Laval

266 666$ par voiture retirée de la circulation… Sachant qu'une voiture émet environ 1 tonne de GES par année, la mesure revient à 266 666$ par tonne de GES éliminée, c'est pas donné !

J'espère que les écologistes ont des solutions un peu plus économiques en réserve…


29 avril 2007

Merci René Mailhot En Vidéos International

Le vidéo à été retiré à la demande de Radio-Canada

Les médias québécois ont perdu un grand journaliste aujourd'hui, René Mailhot était "la référence" en matière d'actualité international. Il laissera un vide bien difficile à combler, surtout en ces temps troubles où plus que jamais nous avons besoin d'un pédagogue pour nous expliquer la politique internationale.

Personnellement, c'est René Mailhot qui a éveillé ma curiosité et mon intérêt pour les affaires étrangères.

Merci.


29 avril 2007

Jalousie Économie En Citations États-Unis France International Venezuela

Revel

Jean-François Revel, philosophe, écrivain et journaliste, membre des Immortels de l’Académie Française:

"En Amérique latine l’antiaméricanisme est organiquement lié à l’histoire de ce sous-continent. Il sert de fantasme compensatoire à l’échec relatif de l’Amérique du Sud par rapport à l’Amérique du Nord. Comme l’écrit le grand penseur vénézuélien Carlos Rangel: «C’est, pour les Latino-Américains un scandale insupportable qu’une poignée d’Anglo-Saxons, arrivés dans l’hémisphère beaucoup plus tard que les Espagnols et dans un climat si rude qu’il s’en fallut de peu qu’aucun ne survécût aux premiers hivers, soient devenus la première puissance du monde. Il faudrait une impensable autoanalyse collective pour que les Latino-Américains puissent regarder en face les causes de ce contraste. C’est pourquoi, tout en sachant que c’est faux, chaque dirigeant politique, chaque intellectuel latino-américain est obligé de dire que tous nos maux trouvent leur explication dans l’impérialisme nord-américain» "


29 avril 2007

Jour de paye Canada Chine Économie En Chiffres États-Unis Europe International Mondialisation Venezuela

Encore de nouvelles statistiques au sujet des impacts de la mondialisation:

Salaire Mondialisation

Encore une fois, on voit les avantages de la libéralisation des économies pour les pays émergeants:

  • Menée par la Chine, l'Asie a connu des hausses de salaires spectaculaires.
  • La Nouvelle-Europe (pays d'Europe de l'Est s'étant rajoutés a l'Union Euro depuis 2004) a elle aussi été capable de faire sa marque.
  • Notez la performace négative du Vénézuela, une des pires de la planète. Vive le Camarade Chavez Money mouth

Bref, on assiste a une redistribution de la richesse entre l'occident et les économies émergeantes !

Source:
Hay Group
Pay Increases in 2007: China, India and Eastern Europe


28 avril 2007

De la culture en amérique États-Unis France Québec

Un texte hyper intéressant à propos de la différence entre les institutions culturelles françaises et américaines. La description qui est faite de la France pourrait tout aussi bien s'appliquer au Québec.

The result is an incredibly rich, dense, well-documented picture of a country where “the ministry of culture is nowhere, but cultural life is everywhere.”

FOREIGN POLICY
The French Twist

It’s no secret that France’s relationship with American culture is, to put it politely, ambivalent. The French protect their cultural creations from U.S. domination through a complex system of quotas and subsidies, and they are the most vocal opponents in the world of the American cultural steamroller. Yet the French flock en masse, like everyone else, to watch the latest Hollywood blockbusters, and France is McDonald’s most profitable market after the United States.

What is less ambiguous, though, is the French discourse on American culture. Unequivocally, it is characterized both by its imperialism and by its lowbrow, mass-market quality. This is partly a consolation for the French: The United States may flood the world with low culture driven by market forces, but at least France has an active, state-led cultural policy producing high-quality arts, which has no match on the other side of the Atlantic.

Frédéric Martel’s De la Culture en Amérique (On Culture in America), an unlikely hit, has radically shattered this conventional wisdom. A voluminous tome based on a dissertation, four years of fieldwork, more than 700 interviews, and extensive archival research, this book meticulously tries to unearth the roots of American cultural imperialism rather than simply criticize and reject it. It is a book about the United States—how culture is made, financed, and received by Americans. But, between the lines, it is also a book about France.

Martel has a passion for his topic, and the feeling is contagious. After various stints in French government ministries (including the one responsible for the infamous 35-hour workweek), he spent four years in Boston as the French cultural attaché. He used this unique position as a springboard from which to explore the power of attraction of American universities, disappear deep within archives, and travel extensively in search of American cultural life, from the General Motors Center for African American Art in Detroit to the Acoma Cultural Center in New Mexico, from the south-side barrio in Milwaukee to black churches in North Carolina, crisscrossing the country à la Tocqueville. The result is an incredibly rich, dense, well-documented picture of a country where “the ministry of culture is nowhere, but cultural life is everywhere.”

Martel’s comprehensive portrayal of the vibrancy and diversity of American culture is a shocking eye-opener for the French. Sure, there was Hollywood, Broadway, and Disney. But Martel explains how the United States has also become the world’s mastodon in contemporary dance, modern painting, literature, and, most of all, academia—not sectors typically popular with the market. How, the French ask, did this happen?

On Culture in America challenges French conventional wisdom about American culture in two ways. First is France’s long-held view of the role of the market and the role of the state in fostering the arts. The French mantra is that culture is not a product whose worth is determined by the popular, uncritical masses. Successive French governments have long supported the notion that culture ought to be exempted from the usual rules of trade, with allowances for the state to subsidize and protect the fine arts. Martel’s book poses two vexing questions to the French: Why is there no ministry of culture in the United States, and how has high culture been able to thrive in its absence? Martel identifies a third way between state and market—a culture resulting from the nonprofit sector, including philanthropy, foundations, universities, and corporate giving. This, he argues, is the base of the cultural system in the United States.

Second is the issue of cultural diversity. The French are the self-proclaimed global champions of what they call “cultural diversity,” even attempting to erect it as a universally recognized principle. In 2005, France and Canada successfully enshrined “cultural diversity” in a UNESCO convention—against the lone opposition of the United States and Israel. For the United States, so goes the French myth, cultural diversity is anathema because it challenges the powerful Hollywood machine. With On Culture in America, Martel subtly trashes the French hypocrisy on cultural diversity by showing how much the American cultural model values and promotes cultural diversity. He analyzes how the United States has actively promoted the development of minority cultures through the empowerment of community organizations and indirect support, such as tax incentives. The irony is that the United States today is possibly the most diverse culture in the world. France, by contrast, has a very uniform, elitist culture, managed by an egalitarian state that does not recognize or promote ethnically based diversity. Yet the United States has not been able to translate this cultural diversity at the international level, showing off only its mass-market, conforming culture to the rest of the world. To a large extent, the French are right that, when it comes to trade in cultural goods, the United States is projecting the uniform preferences of its corporate Hollywood cultural machine. And the French, for their part, have not been able to encourage the cultural diversity they champion internationally at home.

On Culture in America received incredible media coverage in France, given its length and its quasi-academic nature. More than 100 articles appeared in the French press, and for a while Martel was ubiquitous on the radio and television. Even more surprising is the fact that the coverage of his book was so positive. From the right-wing Le Figaro to the left-wing Le Nouvel Observateur, with no less than three separate articles in Le Monde, French analysts and journalists had nothing but praise for the book. One would have expected more knee-jerk anti-American reaction, especially considering that French cultural policy for the past few decades has been largely in reaction to the United States. Somehow, French elites must have been impressed by the thoroughness of the work based on facts and data, rather than impressions and ideology, à la French intellectual Bernard-Henri Lèvy’s recent travelogue, American Vertigo. They’ve recognized On Culture in America for what it is: a pioneering work on a topic rarely discussed, even in the United States.

More than anything, the book is a slap in the face of those who criticize the United States for its lack of high culture. Paradoxically, the book also helps the French bolster their view that culture is not a good whose value is determined by market forces, as it shows that even in the United States, culture is greatly subsidized. At least now, thanks to Martel, the French understand better the indirect, opaque, and complex underpinnings of American culture. In the end, however, the greatest paradox of all is that, in spite of the entirely different, polar opposite processes through which culture is financed and produced in France and the United States, cultural practices end up being quite similar in the two countries. Whether it’s the percentage of artists in the population, theaters per person, or the number of people who have read a book, visited a museum, listened to a classical concert or watched a dance performance, Martel has revealed that France and the United States are not nearly as far apart as they seem.

Titre: De la culture en Amérique
Auteur: Frédéric Martel
Éditeur: Editions Gallimard
Résumé: Les Européens reprochent aux Etats-Unis à la fois leur impérialisme culturel et leur absence de culture. Pour comprendre ce paradoxe, Frédéric Martel a entrepris une grande enquête sans précédent. A partir d'archives inédites et de 700 entretiens dans 35 Etats, il reconstitue la politique culturelle américaine, de John Kennedy à George Bush, décrypte le fonctionnement de la philanthropie, des fondations, du mécénat et met au jour la mission artistique des universités et des communautés. Un système global et complexe apparaît alors, particulièrement efficace et totalement méconnu : si le ministère de la Culture n'est nulle part, la vie culturelle est partout. Ce système domine aujourd'hui le monde parce qu'il est davantage public qu'on ne le croit, moins régi par l'argent qu'on ne le dit ; en perpétuelle mutation et modernisation, il nourrit une vie culturelle profondément démocratique. Structuré par un large secteur à but non lucratif, conforté par d'innombrables subventions publiques indirectes, porté par des milliers de fondations, animé par les communautés noires et hispaniques, il est d'une diversité incontestable mais traversé par la vive tension entre l'art et l'industrie du divertissement. Ce tableau, riche en nuances, ébranle nos certitudes ; il reflète, en miroir, les contradictions, entre mythes et réalités, de notre propre système culturel.


27 avril 2007

Put your money where your mouth is ! Canada Environnement

Réactions de l'opposition au plan vert des conservateurs:

Jack Layton

——

Jack Layton (Le Soleil,vendredi 27 avril 2007):

"Il y a toujours des prédictions de catastrophe, mais la vraie catastrophe qui est devant, c’est la catastrophe environnementale, qui est claire."

Gilles Duceppe

——

Gilles Duceppe (Presse Canadienne, vendredi 27 avril 2007):

"C’est un jour honteux. C’est une gifle infligée à nos partenaires et à toutes les nations du monde qui ont ratifié le Protocole de Kyoto."

Stéphane Dion

——

Stéphane Dion (Presse Canadienne, vendredi 27 avril 2007):

"Ce que les conservateurs ont annoncé aujourd’hui, ce n’est pas un plan, c’est une arnaque."

Parfait messieurs, maintenant voyons si vous avez le courage de vos opinions. Si le plan vert de John Baird est mauvais et si l'environnement est une préoccupation importante, alors faites tomber le gouvernement et allez en élection pour parler de Kyoto. On verra bien ce que les gens en pensent.

Mais si vous n'avez pas le courage de faire tomber les conservateurs, vous devriez baisser votre rhétorique d'un cran. Après tout, parler pour ne rien dire c'est une source de CO2.


27 avril 2007

Espérance de vie En Chiffres Québec

Quelques chiffres très intéressants que m'a fait parvenir Jean-François Dumas d'Influence Communication:

Influence Communication
L’actualité vieillit moins vite en 2007

Montréal – 26 avril 2007 – Selon les résultats d'une étude statistique réalisée par Influence Communication auprès de l'ensemble de l'actualité provenant des quotidiens, de la radio, de la télévision et d'Internet au Canada, l'espérance de vie moyenne des nouvelles s'est considérablement accrue en 2007 comparativement à 2006. Depuis le début de la présente année, 4 % plus de nouvelles qu'en 2006 survivent aux 24 premières heures et continuent d'occuper de l'espace et du temps d'antenne jusqu'à 3 jours.

Ajoutons qu'après seulement 4 mois, nous pouvons affirmer que 2007 aura été marquée par de grands dossiers d'actualité qui ont généré un fort poids médias et une couverture étendue sur plusieurs jours. Les récentes élections québécoises et le drame survenu à Virginia Tech sont d'ailleurs jusqu'à maintenant les dossiers d'information qui ont suscité le plus d'attention médiatique au Québec depuis les événements du 11 septembre 2001. Parmi les grands dossiers de l'année, on n'a qu'à penser aux sujets suivants :

  • Les élections provinciales
  • Le drame de Virginia Tech
  • Les relations avec les communautés ethniques
  • Les accommodements raisonnables
  • L'histoire d'Hérouxville
  • La Commission Johnson
  • Le Canada en Afghanistan
  • La guerre en Irak
  • La fermeture de l'usine Olymel
  • Les rumeurs de vente chez BCE
  • Les différents dossiers liés à l'environnement
  • La bactérie C. difficile
  • Les rumeurs d’élections fédérales

En 2006, le prix de l'essence, le Mont Orford et la grippe aviaire avaient été les champions de la longévité.

En 4 mois seulement, 66 nouvelles ont déjà dépassé le barrière du 1 % de poids médias. En 2006, seulement 122 nouvelles avaient franchi le point de pourcentage en 12 mois. Toutefois en 2005, c'est 251 nouvelles qui avaient obtenu un poids égal ou supérieur à 1 %. L'expérience démontre que l'espérance de vie d'une nouvelle est directement proportionnelle à son poids médias.

Le facteur de répétition moyen des nouvelles au sein des chaînes d'information continue s'est aussi accru. Il est actuellement de 2,5. En 2006, il était de 2,2. Il faut remonter dans les années 1990 pour retrouver une facteur de répétition moyen comparable au niveau actuel.

Espérance de vie des nouvelles
Niveau
Type
Durée
2006
2007
1
Normal
1 jour
85%
81%
2
Important
3 jours
10%
14%
3
Majeur
1 semaine
4%
3%
4
Grand dossier
1-2 semaines et +
1%
2%

En terminant, c'est la première fois en 6 ans que le poids médias moyen des grands dossiers de plus d'une semaine dépasse la barrière du 1 %.

Dans un autre ordre d'idée, la couverture de presse accordée à l'environnement a obtenu jusqu'à maintenant un poids médias de 1,9 %. En 2006, cette proportion était de 3 %. Au Canada anglais, le "poids vert" si situe à 4,9 % depuis le début de l'année. Cette importante baisse est en partie explicable par le peu d'intérêt suscité par l'environnement pendant la récente campagne électorale. En 2005, cette proportion n'était toutefois que de 0,54 %.

Influence Communication