ManifestantsL'élection d'un gouvernement minoritaire aura un effet salutaire sur le Québec: celui de marginaliser les manifestants de touts acabits qui, trop souvent, ne représentaient qu'une minorité bruyante.

À un gouvernement majoritaire ayant été élu avec 40% des votes, on pourra toujours dire que ces décisions ne sont pas démocratiques. Que 60% de la population s'opposent à l'agenda défendu par le parti au pouvoir. Résultat, on se retrouve avec un gouvernement qui décide de ne rien faire pour ne pas ameuter quelques groupes de pressions. Ce fut le grand drame du dernier gouvernement Charest: PPP, réformes de la fiscalité et réingénierie de l'état ont été accueillis au rythme des slogans "j'ai jamais voté pour ça".

Dans le contexte d'un gouvernement minoritaire, le PLQ devra obligatoirement recevoir la bénédiction d'un autre parti pour faire approuver ces lois. Conséquence, les lois votées par l'Assemblée Nationale représenteront plus de 50% de la population.

Prenez les cas du dégel des frais de scolarité. Si le PLQ et l'ADQ se mettent d'accord, c'est plus de 60% de la population qui sera fédéré dans cette décision, les manifestants professionnels ne pourront plus crier au déni de démocratie. Voilà qui pourrait sortir le Québec du statu quo.