Antagoniste


26 mars 2007

Alea iacta est Élection 2007 Québec

Fait marquant de cette élection: La dernière fois où le paysage politique québécois a subi un bouleversement politique aussi considérable, c'était en 1976 quand le PQ a pris le pouvoir. Le coup de barre donné ce soir va redéfinir profondément la politique au Québec. Qualifier l'élection de 2007 de moment historique, ce n'est pas une hyperbole. Harper aura de quoi sourire dans les jours et semainesà venir.

—————

PQ: Le résultat de ce soir ne laisse pas le choix à Boisclair: il devra démissionner et le PQ entamera une longue et douloureuse phase de reconstruction (une remise en question de l'article #1 ?). Mais le PQ aura aussi la balance du pouvoir. Résultat: dans l'année qui vient, le PQ voudra à tout prix éviter d'aller en élection. Conséquence: le PQ va probablement appuyer tout ce que le PLQ va mettre sur menu législatif.

De voir les militants péquistes scandés "on veut un pays" lors du discours de Boisclair, ça avait quelque chose de surréaliste. J'ai l'impression que certains n'ont pas réalisé l'énorme virage politique que la province vient de prendre. Même chose pour Boisclair qui, dans son discours, a martelé un message souverainiste que le Québec vient tout juste de rejeter. Comme disent les anglais: "Denial is not a river in Egypt".

Gilles Duceppe doit se poser pas mal de questions. Assiste-t-on au début de la fin pour le Bloc à Ottawa ? Dans l'optique où Harper déclenchera des élections dans les semaines à venir et dans l'optique où le Bloc était déjà sur une pente descendante, l'avenir est sombre pour la formation bloquiste. Gardez en tête que la machine électorale du Bloc c’est la même que celle du PQ, une machine avec un moral bien bas…

—————

ADQ: Cette année, avec une équipe médiocre, Dumont a été capable de se hisser au rang d'opposition officielle. On peut être assuré que les candidats vedettes vont se bousculer aux portes de l'ADQ pour la prochaine élection. Mario a semé des graines dans tout le Québec avec l'élection de ce soir. Lors du prochain scrutin, ce sera la vraie récolte. Imaginez ce que l'ADQ pourra réaliser avec une équipe étoffée, avec des assises financières solides et avec une machine électorale rôdée… Ce soir, ce n'était qu'une répétition pour Dumont, la prochaine élection ce sera le vrai spectacle.

—————

PLQ: Alors que Boisclair a préféré nier la dure réalité dans son discours, Jean Charest a admis, avec sobriété et dignité, que le Québec venait de vivre un moment historique avec l'élection d'un gouvernement minoritaire. Un Charest modeste dans la victoire qui a peut-être réalisé que le temps était venu de passer le flambeau. Charest ne peut pas faire abstraction de la déconfiture de son parti auprès de l'électorat francophone. Le PLQ aussi doit passer par une phase de reconstruction qui s'incarnera obligatoirement par un changement du chef. Philippe Couillard ou Jean-Marc Fournier ont la stature pour relancer la formation libérale. Mais déloger un chef de parti occupant la fonction Premier Ministre, c'est mission impossible. Pareil exercice peut mener à des luttes fratricides lourdes de conséquences. Si le PLQ change de chef, cela devra se faire avec l'accord de Jean Charest. Charest est-il disposé à faire pareil sacrifice ?

Pour lire les autres commentaires fait durant cette soirée électorale, suivez le lien:

Cliquez ici pour lire la suite »


26 mars 2007

Quelques chiffres Élection 2007 En Chiffres Québec

Influence Communication a rendu public de nouvelles statistiques sur l'élection:

  • Les médias québécois ont accordé 80 % plus de couverture qu'en 2003.
  • Les quotidiens, les hebdomadaires et les magazines ont publié un total de 9 212 articles.
  • Les 128 principaux sites Web d'information québécois ont publié 4 234 articles, sans compter les blogues.
  • Les médias électroniques ont accordé à la campagne 132 432 minutes de temps d'antenne, soit 2 207 heures. Si on pouvait mettre ce contenu sur un seul support audio-vidéo, vous pourriez revivre la campagne électorale sans interruption, 24 heures sur 24, pendant 92 jours.

Autres statistiques intéressantes:

Influence Communication


26 mars 2007

Les culottes Élection 2007 France International Québec

Mettre ses culottes

Dans quelques heures, le Québec choisira qui devra "mettre ses culottes" et devenir Premier Ministre du Québec.

Il n'y a pas qu'au Québec où le port du pantalon n'est pas très prisé de la classe politique. Voici un article du Economist, au sujet de Chirac, mais qui aurait très bien pu être écrit au sujet de Charest (ou de n'importe quel autre Premier Ministre québécois):

The Economist
Tout a mal tourné

(traduction libre)

En arrivant à l’Élysée, M. Chirac héritait d’un pays agité, avec un chômage important, une dette croissante, un électorat déboussolé et un sentiment généralisé de stagnation politique.

Douze années plus tard, M. Chirac laisse à son successeur un pays agité, avec un chômage important, une dette croissance, un électorat déboussolé et un sentiment de stagnation politique encore plus intense

Chirac a fini par incarner la timidité, la peur du risque qui caractérise la classe politique française depuis un quart de siècle.

Cette façon de gouverner n’est ni clairement à droite, ni à gauche; elle évite le conflit et nie l’ampleur des problèmes latents.

Voici comment Tony Blair décrit son travail de Premier Ministre:

BBC
Journal de voyage

(traduction libre)

On apprend l’art de gouverner en prenant des décisions.

Parfois on a raison, parfois on se trompe. Mais quoi qu’il arrive, on fera des mécontents.

Quand j’ai commencé en politique, je voulais plaire à tout le monde.

Et puis, avec l’expérience, on apprend qu’on ne peut pas plaire à tout le monde.

On finit par comprendre que la meilleure chose, c’est de faire ce qui nous nous paraît juste et de laisser les autres penser ce qu’ils voudront.

En espérant que son message soit entendu au Québec !


26 mars 2007

Histoire électorale: le taux de participation Élection 2007 En Chiffres Québec

Un graphique qui résume les taux de participation aux élections québécoises depuis les années 80:

Taux Participation Québec

On peut facilement constater que plus le taux de participation est élevé, plus on favorise l'élection du Parti Québécois. Mais… c'était à l'époque des luttes à 2 ! L'arrivé d'un 3e joueurs, risque bien changer toute la dynamique électorale !

Quoi qu'il en soit, allez voter !

P.S.: Je serai là ce soir pour commenter les résultats électoraux.