ph_inv_jean_charest.jpg

Après André Boisclair et Mario Dumont, c'était au tour de Jean Charest de se plier au rituel dominical de Tout le Monde en Parle.

Jean Charest a laissé toute la place à la bête qui sommeillait en lui: la bête politique.

Décontracté et souriant, des 3 politiciens c'est lui qui a été le plus à son aise. Contrairement à Boisclair et Dumont, qui adoptaient une position crispée et résolument défensive quand les questions se corsaient, Charest répondait avec bonhomie. En l'espace de 5 minutes, il a même été capable d'établir une certaine complicité dans un environnement qui lui était pourtant hostile. Contrairement aux 2 autres chefs, pour Charest ce fut un exercice de communication réussit sur toute la ligne.

À savoir s'il y aura une "prime à l'urne" suite à l'entrevue, c'est une autre histoire…