syndicalleux

L'épisode a fait grand bruit, un travailleur de l'usine ABB de Varennes qui houspille live le premier ministre Jean Charest.

À sa longue litanie de récriminations, le sympathique col bleu se plaignait d'avoir perdu "du pouvoir d’achat".

Premièrement, il faut savoir que les employés d'ABB sont syndiqués par les Métallos de la FTQ depuis 2003. La même année, les employés d'ABB ont signé une convention collective de 3 ans. Cette convention garantissait aux travailleurs des augmentations de salaire annuelles de 5,9%. Pour la même période, l'inflation moyenne a été de 2,1%. Conclusion, ce travailleur n'a pas perdu de "pouvoir d'achat", il en a gagné !

En 2006, les employés ont signé une nouvelle convention collective contenant des augmentations de salaire annuelles de 3%, ce qui est largement au dessus de l'inflation. Encore une fois, on ne parle pas d'érosion du "pouvoir d'achat" mais d'une augmentation !

Le salaire horaire moyen chez ABB est de 24,70$ contre 18,87$ pour la moyenne québécoise.

En fait, si ce travailleur cherche à désigner un coupable pour une éventuelle baisse de son "pouvoir d'achat", qu'il regarde ailleurs que dans la classe politique. Qu'il regarde du côté de son syndicat qui a fait une grève de 9 semaines l'an passé.

Voilà ce que les médias n'ont pas dit au sujet de cet épisode de la campagne électorale.