Bilan électoral pour la semaine 5-11 mars: sous le signe du "damage control"

Parti Libéral du Québec:
Ce qu'on retiendra de leur campagne cette semaine ? La fameuse histoire de partition du Québec advenant un oui lors d'un référendum. Une histoire incroyablement mal gérée. Au delà du lapsus, le PLQ aurait pu rapidement éteindre le feu, tout en mettant les péquistes dans l'embarra, en sortant une étude produite par le PQ en 2001 stipulant que: "il serait imprudent de considérer que celui-ci établit de façon indubitable que l’intégrité territoriale du Québec". Le seul bon moment de la campagne libéral cette semaine: avoir chiffré les engagements de l'ADQ. Pour le reste, une autre semaine a oublié.
Score: -1

Parti Québécois:
Une autre semaine très éprouvante pour André Boisclair. L'affaire Philpot, où Boisclair c'est indigné pour ensuite défendre son candidat. Et comme si ce n’était pas assez, Philpot en rajoute samedi en déclarant que la nomination de Michaëlle Jean au poste de gouverneure générale a servi « à légitimer le coup d’État du 29 février 2004 en Haïti, auquel le Canada a participé ». Un boulet qu'il va traîner pour le reste de la campagne, mais Philpot est un purzédur et Boisclair tente d'acheter la paix avec les purzédurs… Et que dire du passage de Boisclair à Tout le Monde en Parle. Une entrevue qui devait, en principe, lui donner un momentum pour cette 2e moitié de campagne mais qui c'est transformée en cauchemar:

Score: -2

Action Démocratique du Québec:
Ai-je vraiment besoin d'épiloguer sur une semaine où pas un mais deux candidats ont du être démissionnés par leur chef ?
Score: -2

Après 3 semaines de campagne:
PLQ Jean Charest: -4
PQ André Boisclair: -4
ADQ Dumont: 0