Akayesu & Philpot

M. Philpot sur une photo tirée de son livre, où il sert la main du génocidaire rwandais Jean-Paul Akayesu après sa condamnation pour crime contre l'humanité. Philpot lui consacre un chapitre, dans lequel il affirme que la preuve contre lui a été fabriquée. De Jean-Paul Akayesu le Tribunal Pénal International dira:

  • Nombreux sont les cas de ces viols et violences sexuelles qui ont été commis à l'encontre de femmes tutsies à l'intérieur ou près du Bureau communal. Il est établi que des policiers communaux armés de fusils et l'Accusé lui-même ont assisté à certains de ces viols et violences sexuelles. De plus, il est avéré qu'à plusieurs occasions, Akayesu a, par sa présence, son attitude et ses déclarations, encouragé la commission de ces crimes. Une des victimes a rapporté à la Chambre qu'Akayesu, s'adressant à des Interahamwe qui commettaient des viols, leur aurait dit: "ne me demandez plus jamais quel est le goût d'une femme tutsie". Pour la Chambre, c'est là un acquiescement tacite aux viols qui se commettaient.
  • Akayesu a ordonné à la population de tuer les intellectuels et de chercher un professeur prénommé Samuel, qui a été amené au Bureau communal et a ensuite été tué par un coup de machette à la gorge. Des enseignants de la Commune de Taba ont ensuite été tués, sur instruction d'Akayesu. Parmi les enseignants tués se trouvaient les dénommés Tharcisse Twizeyumuremye, Théogène, Phoebe Uwineze et son fiancé, dont le nom est inconnu. Ils ont été tués par la population et des Interahamwe, à coups de machettes et d'outils agricoles, sur la route devant le Bureau communal. Akayesu a personnellement assisté au meurtre de Tharcisse.
  • Akayesu a pris au cachot du Bureau communal de Taba huit réfugiés qui provenaient de la commune de Runda, et les a remis à des miliciens Interahamwe en ordonnant qu'ils soient tués. Ils ont été exécutés par ces Interahamwe à l'aide de diverses armes traditionnelles, y compris des machettes et des hachettes, devant le Bureau communal, en présence d'Akayesu, qui a dit "faites vite". Ils ont été tués parce qu'ils étaient Tutsi.

Pour en savoir plus:
TPI Rwanda
Résumé du jugement rendu dans l'affaire Jean-Paul Akayesu