Antagoniste


31 mars 2007

Débats électriques Économie En Vidéos Québec

La République du Plateau prend-t-elle trop de place au Québec?

Oui: Frédérick Têtu (professeur de philosophie); Stéphane Gendron (maire de Huntingdon)
Non: Michel Labrecque (conseiller municipal à Montréal), Marie-Louise Arsenault (journaliste)

—————

Doit-on exporter massivement notre hydro-électricité pour créer la richesse?

Oui: René Vézina (journal Les Affaires); Jean-Thomas Bernard (Chaire en économique de l'énergie électrique, Université Laval)
Non: Luc Boulanger (industriel);
Gaétan Breton (sciences comptables, UQAM)


31 mars 2007

Plus ils sont riches, plus ils achètent Canada Économie En Chiffres Mondialisation

On connaît le cliché: la méchante mondialisation, créatrice de chômage, est en train de détruire notre économie… Désolé, mais on dirait bien que la mondialisation joue aussi à notre avantage:

Exportation Canada

De manière générale, la croissance des exportations canadienne dans les pays émergents est supérieure à la croissance des importations que nous faisons de ces pays.

Résumé de la situation: en achetant leurs produits, les pays émergents ce sont enrichis et maintenant qu'ils sont plus riches, ils achètent maintenant nos produits.

Source:
Statistique Canada
Commerce international de marchandises du Canada


30 mars 2007

Des leçons à tirer ? En Vidéos Québec

Jacques Brassard et Marc Laviolette sur l'autopsie de la débâcle péquiste. Si les 2 sont d'accord sur une certaine mise en veilleuse de la souveraineté, au sujet du clivage gauche/droite, ils sont aux antipodes. Brassard veut ramener le parti à droite, Laviolette veut l'amener encore plus à gauche.


30 mars 2007

La pudeur de l’ouvrier France Québec

Nicolas Sarkozy

Depuis mardi, ils sont nombreux les gens à essayer d'expliquer la percé de l'ADQ: nationalisme identitaire, valeurs familiales, colère des classes moyennes, tout y passe. En fait, toutes ces explications peuvent être résumées simplement: c'est la pudeur de l'ouvrier. Un concept mis de l'avant par Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle française. Extrait d'un discours du candidat de l'UMP:

UMP Sarkozy
Nicolas Sarkozy à St-Quentin (Jeudi 25 janvier 2007)

J’ai visité beaucoup d’usines, rencontré beaucoup d’ouvriers. Dans les usines on parle peu. Il y a beaucoup de pudeur chez les ouvriers. Il y a une culture ouvrière, une façon d’être des ouvriers, un rapport particulier des ouvriers à la vie et au travail. Je ne veux pas que cette culture ouvrière se perde. […]

La France sans paysan, sans artisan, sans ouvrier serait une France appauvrie moralement, culturellement, économiquement. Les travailleurs – et je pense aussi aux employés, aux techniciens, aux ingénieurs, aux cadres – sont fiers de leur métier, ils considèrent qu’ils doivent le faire le mieux qu’ils peuvent. Ils ont ce sens du devoir, ce sens moral, ce courage qui sont des valeurs auxquelles je crois, qui sont les valeurs autour desquelles les Français doivent se rassembler parce que ce sont les valeurs de la France.

A leur manière les travailleurs sont des résistants. Des résistants contre la disparition d’un type de civilisation et d’un type d’homme qui respectent le travail comme une condition de la liberté, qui pensent que l’honneur c’est toujours s’efforcer de faire le mieux possible ce qu’on a à faire, que la dignité c’est de ne rien devoir qu’à soi-même et que le premier devoir d’un homme c’est de transmettre ses valeurs à ses enfants.

Sans le savoir (Dumont n'a pas la finesse et l'expérience d'un Sarkozy), c'est cette corde que Mario Dumont a su faire vibrer chez les électeurs. La pudeur de l'ouvrier, voir même le nationalisme ouvrier: la fierté du pain gagné à la sueur de son front et la dignité d'élever une famille.

En passant, les discours de Sarkozy c'est de véritables petits chef-d'oeuvres, de la musique pour les oreilles. Je ne fais pas référence à leur philosophie politique mais à leur forme, leur capacité à toucher en pinçant une corde sensible.

L'art du discours comme le pratique Sarkozy est malheureusement mort au Québec.


29 mars 2007

La nouvelle démocratie Québec

ManifestantsL'élection d'un gouvernement minoritaire aura un effet salutaire sur le Québec: celui de marginaliser les manifestants de touts acabits qui, trop souvent, ne représentaient qu'une minorité bruyante.

À un gouvernement majoritaire ayant été élu avec 40% des votes, on pourra toujours dire que ces décisions ne sont pas démocratiques. Que 60% de la population s'opposent à l'agenda défendu par le parti au pouvoir. Résultat, on se retrouve avec un gouvernement qui décide de ne rien faire pour ne pas ameuter quelques groupes de pressions. Ce fut le grand drame du dernier gouvernement Charest: PPP, réformes de la fiscalité et réingénierie de l'état ont été accueillis au rythme des slogans "j'ai jamais voté pour ça".

Dans le contexte d'un gouvernement minoritaire, le PLQ devra obligatoirement recevoir la bénédiction d'un autre parti pour faire approuver ces lois. Conséquence, les lois votées par l'Assemblée Nationale représenteront plus de 50% de la population.

Prenez les cas du dégel des frais de scolarité. Si le PLQ et l'ADQ se mettent d'accord, c'est plus de 60% de la population qui sera fédéré dans cette décision, les manifestants professionnels ne pourront plus crier au déni de démocratie. Voilà qui pourrait sortir le Québec du statu quo.


29 mars 2007

Bilan électoral: la couverture médiatique Élection 2007 En Chiffres Québec

Dans ce qui sera probablement mon dernier message sur la campagne électorale (je suis déjà nostalgique), voici encore une fois des chiffres très intéressants d'Influence Communication:

Influence Communication

Le poids média accordé aux partis a été plus proche du résultat de l'élection que les différents sondages publiés la veille du scrutin.

Marge d'erreur moyenne par rapport aux résultats de l'élection:

  • Poids Média: 1.6%
  • Léger Marketing: 1.8%
  • Strategic Counsel: 2.4%
  • CROP: 2.5%

29 mars 2007
28 mars 2007

Deux poids, deux mesures International Israël Québec

En janvier 2005, le gouvernement Charest autorise les subventions aux écoles juives. L'effet est immédiat, une véritable tempête médiatique s'abat sur le Québec.

En mars 2007, les subventions aux écoles grecques sont autorisées, l'histoire passe inaperçue.

Eureka
Source: Eureka

Comme c'est étrange…

En Mars, avait lieu la 4e session du conseil des droits de l'homme. Un grand total de 8 résolutions ont été adoptées, 8 résolutions dénonçant uniquement Israël. Les résolutions condamnant le Soudan, l'Iran, la Chine, l'Ouzbékistan, etc. ont toutes été rejetées.

Comme c'est étrange…

MISE-À-JOUR

(H/T: J'te dis!)


28 mars 2007

Pour une union nationale Québec

Un extrait assez révélateur du défi qui attend Mario Dumont à la tête de l'ADQ (tiré de son point de presse):

Pas de doute, Mario sera un bon patineur à l'Assemblée Nationale !

Mais si Mario a refusé de répondre clairement, c'est parce qu'il sait que la question est délicate pour son parti. Si le chef de l'ADQ répond qu'il appuiera Charest, il va s'aliéner un électorat qui a déjà exprimé son désaccord avec un contrôle plus strict des armes à feu. Si Dumont répond qu'il n'a pas l'intention d'aider Charest, il aura l'air de défendre l'indéfendable. Une position particulièrement intenable pour un parti qui se doit de percer dans les grands centres urbains. Composer avec un caucus de 5 députés c'est une chose facile, avec 41 c'est un peu plus "rock & roll", il y a beaucoup plus de susceptibilité à ménager.

Voilà pourquoi un projet de loi sur les armes semi-automatiques risque d'être payant pour Charest, surtout s'il est défendu par un type comme Guy Ouellette.

Bref, voilà un art que Mario devra apprendre: celui du compromis. Parce que pour devenir un parti d'union nationale, l'ADQ devra obligatoirement faire des compromis.