Antagoniste


31 mars 2007

Débats électriques Économie En Vidéos Québec

La République du Plateau prend-t-elle trop de place au Québec?

Oui: Frédérick Têtu (professeur de philosophie); Stéphane Gendron (maire de Huntingdon)
Non: Michel Labrecque (conseiller municipal à Montréal), Marie-Louise Arsenault (journaliste)

—————

Doit-on exporter massivement notre hydro-électricité pour créer la richesse?

Oui: René Vézina (journal Les Affaires); Jean-Thomas Bernard (Chaire en économique de l'énergie électrique, Université Laval)
Non: Luc Boulanger (industriel);
Gaétan Breton (sciences comptables, UQAM)


31 mars 2007

Plus ils sont riches, plus ils achètent Canada Économie En Chiffres Mondialisation

On connaît le cliché: la méchante mondialisation, créatrice de chômage, est en train de détruire notre économie… Désolé, mais on dirait bien que la mondialisation joue aussi à notre avantage:

Exportation Canada

De manière générale, la croissance des exportations canadienne dans les pays émergents est supérieure à la croissance des importations que nous faisons de ces pays.

Résumé de la situation: en achetant leurs produits, les pays émergents ce sont enrichis et maintenant qu'ils sont plus riches, ils achètent maintenant nos produits.

Source:
Statistique Canada
Commerce international de marchandises du Canada


30 mars 2007

Des leçons à tirer ? En Vidéos Québec

Jacques Brassard et Marc Laviolette sur l'autopsie de la débâcle péquiste. Si les 2 sont d'accord sur une certaine mise en veilleuse de la souveraineté, au sujet du clivage gauche/droite, ils sont aux antipodes. Brassard veut ramener le parti à droite, Laviolette veut l'amener encore plus à gauche.


30 mars 2007

La pudeur de l’ouvrier France Québec

Nicolas Sarkozy

Depuis mardi, ils sont nombreux les gens à essayer d'expliquer la percé de l'ADQ: nationalisme identitaire, valeurs familiales, colère des classes moyennes, tout y passe. En fait, toutes ces explications peuvent être résumées simplement: c'est la pudeur de l'ouvrier. Un concept mis de l'avant par Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle française. Extrait d'un discours du candidat de l'UMP:

UMP Sarkozy
Nicolas Sarkozy à St-Quentin (Jeudi 25 janvier 2007)

J’ai visité beaucoup d’usines, rencontré beaucoup d’ouvriers. Dans les usines on parle peu. Il y a beaucoup de pudeur chez les ouvriers. Il y a une culture ouvrière, une façon d’être des ouvriers, un rapport particulier des ouvriers à la vie et au travail. Je ne veux pas que cette culture ouvrière se perde. […]

La France sans paysan, sans artisan, sans ouvrier serait une France appauvrie moralement, culturellement, économiquement. Les travailleurs – et je pense aussi aux employés, aux techniciens, aux ingénieurs, aux cadres – sont fiers de leur métier, ils considèrent qu’ils doivent le faire le mieux qu’ils peuvent. Ils ont ce sens du devoir, ce sens moral, ce courage qui sont des valeurs auxquelles je crois, qui sont les valeurs autour desquelles les Français doivent se rassembler parce que ce sont les valeurs de la France.

A leur manière les travailleurs sont des résistants. Des résistants contre la disparition d’un type de civilisation et d’un type d’homme qui respectent le travail comme une condition de la liberté, qui pensent que l’honneur c’est toujours s’efforcer de faire le mieux possible ce qu’on a à faire, que la dignité c’est de ne rien devoir qu’à soi-même et que le premier devoir d’un homme c’est de transmettre ses valeurs à ses enfants.

Sans le savoir (Dumont n'a pas la finesse et l'expérience d'un Sarkozy), c'est cette corde que Mario Dumont a su faire vibrer chez les électeurs. La pudeur de l'ouvrier, voir même le nationalisme ouvrier: la fierté du pain gagné à la sueur de son front et la dignité d'élever une famille.

En passant, les discours de Sarkozy c'est de véritables petits chef-d'oeuvres, de la musique pour les oreilles. Je ne fais pas référence à leur philosophie politique mais à leur forme, leur capacité à toucher en pinçant une corde sensible.

L'art du discours comme le pratique Sarkozy est malheureusement mort au Québec.


29 mars 2007

La nouvelle démocratie Québec

ManifestantsL'élection d'un gouvernement minoritaire aura un effet salutaire sur le Québec: celui de marginaliser les manifestants de touts acabits qui, trop souvent, ne représentaient qu'une minorité bruyante.

À un gouvernement majoritaire ayant été élu avec 40% des votes, on pourra toujours dire que ces décisions ne sont pas démocratiques. Que 60% de la population s'opposent à l'agenda défendu par le parti au pouvoir. Résultat, on se retrouve avec un gouvernement qui décide de ne rien faire pour ne pas ameuter quelques groupes de pressions. Ce fut le grand drame du dernier gouvernement Charest: PPP, réformes de la fiscalité et réingénierie de l'état ont été accueillis au rythme des slogans "j'ai jamais voté pour ça".

Dans le contexte d'un gouvernement minoritaire, le PLQ devra obligatoirement recevoir la bénédiction d'un autre parti pour faire approuver ces lois. Conséquence, les lois votées par l'Assemblée Nationale représenteront plus de 50% de la population.

Prenez les cas du dégel des frais de scolarité. Si le PLQ et l'ADQ se mettent d'accord, c'est plus de 60% de la population qui sera fédéré dans cette décision, les manifestants professionnels ne pourront plus crier au déni de démocratie. Voilà qui pourrait sortir le Québec du statu quo.


29 mars 2007

Bilan électoral: la couverture médiatique Élection 2007 En Chiffres Québec

Dans ce qui sera probablement mon dernier message sur la campagne électorale (je suis déjà nostalgique), voici encore une fois des chiffres très intéressants d'Influence Communication:

Influence Communication

Le poids média accordé aux partis a été plus proche du résultat de l'élection que les différents sondages publiés la veille du scrutin.

Marge d'erreur moyenne par rapport aux résultats de l'élection:

  • Poids Média: 1.6%
  • Léger Marketing: 1.8%
  • Strategic Counsel: 2.4%
  • CROP: 2.5%

29 mars 2007
28 mars 2007

Deux poids, deux mesures International Israël Québec

En janvier 2005, le gouvernement Charest autorise les subventions aux écoles juives. L'effet est immédiat, une véritable tempête médiatique s'abat sur le Québec.

En mars 2007, les subventions aux écoles grecques sont autorisées, l'histoire passe inaperçue.

Eureka
Source: Eureka

Comme c'est étrange…

En Mars, avait lieu la 4e session du conseil des droits de l'homme. Un grand total de 8 résolutions ont été adoptées, 8 résolutions dénonçant uniquement Israël. Les résolutions condamnant le Soudan, l'Iran, la Chine, l'Ouzbékistan, etc. ont toutes été rejetées.

Comme c'est étrange…

MISE-À-JOUR

(H/T: J'te dis!)


28 mars 2007

Pour une union nationale Québec

Un extrait assez révélateur du défi qui attend Mario Dumont à la tête de l'ADQ (tiré de son point de presse):

Pas de doute, Mario sera un bon patineur à l'Assemblée Nationale !

Mais si Mario a refusé de répondre clairement, c'est parce qu'il sait que la question est délicate pour son parti. Si le chef de l'ADQ répond qu'il appuiera Charest, il va s'aliéner un électorat qui a déjà exprimé son désaccord avec un contrôle plus strict des armes à feu. Si Dumont répond qu'il n'a pas l'intention d'aider Charest, il aura l'air de défendre l'indéfendable. Une position particulièrement intenable pour un parti qui se doit de percer dans les grands centres urbains. Composer avec un caucus de 5 députés c'est une chose facile, avec 41 c'est un peu plus "rock & roll", il y a beaucoup plus de susceptibilité à ménager.

Voilà pourquoi un projet de loi sur les armes semi-automatiques risque d'être payant pour Charest, surtout s'il est défendu par un type comme Guy Ouellette.

Bref, voilà un art que Mario devra apprendre: celui du compromis. Parce que pour devenir un parti d'union nationale, l'ADQ devra obligatoirement faire des compromis.


28 mars 2007

Le Nouveau-Québec Élection 2007 En Vidéos Québec

Michel C. Auger et Christian Dufour au sujet du nouveau paysage politique québécois:

J'ai hâte de voir comment l'option du "oui" va évoluer dans les sondages suite aux résultats de l'élection. Va-t-on voir un résultat sous les 40% ?

À ce propos, un sondage Décima publié hier, montre que pour la première fois depuis 5 mois, les conservateurs sont devant les libéraux au Québec (25% vs. 20%). Le Bloc poursuit sa décente pour se situer à 34%.


27 mars 2007

Bilan électoral: la monté de l’ADQ Élection 2007 En Chiffres Québec

Voici la progression de l'ADQ, par rapport à l'élection de 2003, dans les différentes régions du Québec:

ADQ Mario Dumont Vote Élection

Avis à ceux qui voudrait voir dans l'élection d'hier un rejet de Montréal par le ROQ (Rest of Québec)…

Montréal est l'une des régions avec la plus forte hausse du vote adéquiste. Pour devenir Premier Ministre Mario Dumont devra obligatoirement faire élire des députés sur l'ile. Bref, les adéquistes doivent tendre la main aux montréalais, pas les aliéner ou les marginaliser…

Mario Dumont a fait le plein de votes dans les régions. Lors d'une prochaine élection, ce sera difficile d'aller y chercher plus de députés. Si Dumont veut prendre le pouvoir, il n'aura pas le choix de se coller sur Montréal, l'ADQ devra se "montréaliser". Surtout que la loi prévoit un redécoupage de la carte électorale pour la prochaine élection. Un redécoupage qui donnera de nouveaux comtés à la métropole.

Contrairement à cette élection, qui s'est passée essentiellement dans les régions, je m'attends à ce que Montréal soit un enjeu majeur de la prochaine.


27 mars 2007

Top 5 Qc Québec Top Actualité

Le Top 5 de l'actualité québécoise (20-26 mars) selon Influence Communication:

Influence Communication

La dernière semaine de la campagne électorale a occupé 16,48% de l'ensemble de l'actualité québécoise, ce qui constitue un record pour des élections. Seuls les événements du 11 septembre 2001 surpassent cette marque, avec 21% sur sept jours. En comparaison, la dernière semaine de la campagne de 2003 avait occupé 7,41% de l'actualité. Les sept derniers jours de dernière la campagne fédérale avaient généré, eux, 8,34%.

L'ensemble de la campagne a maintenu un poids médias moyen de 11,7% pendant les 35 derniers jours. Généralement, le poids moyen est de 5% pour une campagne électorale québécoise ou fédérale.

Source:
Influence Communication
Encore un record électoral


27 mars 2007

Top 5 USA États-Unis Top Actualité

Le Top 5 de l'actualité américaine (18-23 mars) selon le Pew Research Center:

Top 5

Source:
journalism.org
The Scent of Scandal Makes Gonzales the Big Story


27 mars 2007

Bilan électoral: quelques chiffres Élection 2007 En Chiffres Québec

Premièrement, regardons la justesse des sondages:

Sondage CROP Léger

L'ADQ a été sous-évalué par toutes les firmes de sondage: le mode de répartition des indécis est-il en cause ? Fait nouveau, il n'y a pas eu de "prime à l'urne" libéral cette année. Même que cette fameuse prime semble plutôt avoir joué pour l'ADQ !

Pour ce qui est de la représentativité des différents partis:

Élections 2003

Élection Québec 2003 Élection Québec 2007

Le déficit démocratique observé en 2003 s'est résorbé en 2007. Voilà qui risque de mettre le projet de réforme du mode de scrutin sur la glace.


26 mars 2007

Alea iacta est Élection 2007 Québec

Fait marquant de cette élection: La dernière fois où le paysage politique québécois a subi un bouleversement politique aussi considérable, c'était en 1976 quand le PQ a pris le pouvoir. Le coup de barre donné ce soir va redéfinir profondément la politique au Québec. Qualifier l'élection de 2007 de moment historique, ce n'est pas une hyperbole. Harper aura de quoi sourire dans les jours et semainesà venir.

—————

PQ: Le résultat de ce soir ne laisse pas le choix à Boisclair: il devra démissionner et le PQ entamera une longue et douloureuse phase de reconstruction (une remise en question de l'article #1 ?). Mais le PQ aura aussi la balance du pouvoir. Résultat: dans l'année qui vient, le PQ voudra à tout prix éviter d'aller en élection. Conséquence: le PQ va probablement appuyer tout ce que le PLQ va mettre sur menu législatif.

De voir les militants péquistes scandés "on veut un pays" lors du discours de Boisclair, ça avait quelque chose de surréaliste. J'ai l'impression que certains n'ont pas réalisé l'énorme virage politique que la province vient de prendre. Même chose pour Boisclair qui, dans son discours, a martelé un message souverainiste que le Québec vient tout juste de rejeter. Comme disent les anglais: "Denial is not a river in Egypt".

Gilles Duceppe doit se poser pas mal de questions. Assiste-t-on au début de la fin pour le Bloc à Ottawa ? Dans l'optique où Harper déclenchera des élections dans les semaines à venir et dans l'optique où le Bloc était déjà sur une pente descendante, l'avenir est sombre pour la formation bloquiste. Gardez en tête que la machine électorale du Bloc c’est la même que celle du PQ, une machine avec un moral bien bas…

—————

ADQ: Cette année, avec une équipe médiocre, Dumont a été capable de se hisser au rang d'opposition officielle. On peut être assuré que les candidats vedettes vont se bousculer aux portes de l'ADQ pour la prochaine élection. Mario a semé des graines dans tout le Québec avec l'élection de ce soir. Lors du prochain scrutin, ce sera la vraie récolte. Imaginez ce que l'ADQ pourra réaliser avec une équipe étoffée, avec des assises financières solides et avec une machine électorale rôdée… Ce soir, ce n'était qu'une répétition pour Dumont, la prochaine élection ce sera le vrai spectacle.

—————

PLQ: Alors que Boisclair a préféré nier la dure réalité dans son discours, Jean Charest a admis, avec sobriété et dignité, que le Québec venait de vivre un moment historique avec l'élection d'un gouvernement minoritaire. Un Charest modeste dans la victoire qui a peut-être réalisé que le temps était venu de passer le flambeau. Charest ne peut pas faire abstraction de la déconfiture de son parti auprès de l'électorat francophone. Le PLQ aussi doit passer par une phase de reconstruction qui s'incarnera obligatoirement par un changement du chef. Philippe Couillard ou Jean-Marc Fournier ont la stature pour relancer la formation libérale. Mais déloger un chef de parti occupant la fonction Premier Ministre, c'est mission impossible. Pareil exercice peut mener à des luttes fratricides lourdes de conséquences. Si le PLQ change de chef, cela devra se faire avec l'accord de Jean Charest. Charest est-il disposé à faire pareil sacrifice ?

Pour lire les autres commentaires fait durant cette soirée électorale, suivez le lien:

Cliquez ici pour lire la suite »