Élection Québec 2007

La campagne n'est vieille que d'une semaine que déjà je commence à m'interroger…

Pour le moment, aucun enjeu majeur ne semble pointer à l'horizon, le débat est vague et éparse. Les candidats échangent bien quelques jabs mais rien pour écrire à sa mère. En santé aucun parti ne fait de propositions révolutionnaires, idem pour la fiscalité et les régions. Il n'y a qu'en éducation où les positions semblent plus tranchées, mais vous conviendrez avec moi qu'une élection s'articulant autours d'un 50$ ne risque pas de passer à l'histoire… Et je vous fais grâce des débats de sémantique que se livrent Charest et Boisclair autours des termes "référendum" et "consultation".

Bref, le jello ne prend pas ! On est à milles lieux de la dernière campagne fédérale qui s'était rapidement articulée autours d'enjeux majeurs: baisse de la TPS, aide aux familles, l'imputabilité. Bien loin aussi de la dernière campagne provinciale qui mettait de l'avant la réingénierie de l'état, les baisses d'impôts et une refonte du système de santé.

Paradoxalement, cette élection est peut-être l'une des plus importantes de l'histoire récente du Québec. Une élection qui pourrait mettre un terme au "bipartisme" de l'Assemblée Nationale par l'élection d'un gouvernement minoritaire, une première en près de 130 ans ! Une élection qui pourrait aussi repolariser le paysage politique entre la gauche et la droite plutôt qu'autour de la question nationale.

D'ici là je ne peux que constater l'insoutenable légèreté de cette campagne électorale…